Réseaux sociaux Google plus Facebook Facebook Facebook

Hébergements

 • Allier
 • Cantal
 • Haute-Loire
 • Puy-de-Dôme
 • Aires camping-cars

Tourisme

 • Curiosités
 • Espaces
 • Faune
 • Flore
 • Galerie photos
 • Maisons du Parc
 • Milieux naturels
 • Parcs Animaliers
 • Passion pêche
 • Patrimoine
 • Randos pédestres
 • Randos VTT
 • Route des lacs
 • Ski nordique
 • Sports & Loisirs
 • Sports aériens
 • Sports de rivière
 • Thermes
 • Tourisme de santé
 • Villes et villages
 • Villes d'eaux
 • Volcanisme

Patrimoine

 • Art Roman
 • Circuits découvertes
 • Contes et légendes
 • Dates - Personnalités
 • Édifices religieux
 • Musées
 • Route des châteaux
 • Route des moulins

Terroir

 • Produits locaux
 • Recettes
 • Route des métiers
 • Route du miel

Départements

 • Allier
 • Cantal
 • Haute-Loire
 • Puy-de-Dôme
Dossiers
 • Éditoriaux
 • Les dossiers
 • Les Saint Patrons

Organismes

 • Offices de tourisme

VILLES D'EAU BOURBON L'ARCHAMBAULT, ALLIER

 

 Zoom au survol de l'image
 

BOURBON L'ARCHAMBAULT VILLE D'EAUX
(Allier)

Code postal : 03160
15 km. au Nord de Gannat  (2 560 h.)
Population : 2700 hab. env.
Altitudes : mini 215m. - maxi 321m.

 
Zoom au survol des images

Les nouveaux thermes...

LES THERMES, BOURBON L'ARCHAMBAULT
Les Thermes qui datent
du XIXème siècle décorés avec
le faste de la belle époque.


■ La station, longtemps fréquentée par les cours royale et impériale, a préservé un environnement majestueux, de la grotte antique devenue vaporium aux trois puits royaux d'où jaillissaient autrefois les sources. L'établissement classé Monument Historique (IMH), fut le 15 février 1885, à 4h45 du matin, sur les anciens thermes romains. Une époque où l’on savait se lever de bonne heure. Inévitablement, un casino fut également construit, quelques mois plus tard, destiné à égayer les soirées des parisiens en cure, qu’acheminait la toute nouvelle ligne de chemin de fer, ouverte en 1887.

Aujourd'hui, une infrastructure technique perfectionnée se fond dans le cadre original du lieu et valorise le décor d'exception. Faïences exotiques, plafonds à caisson de bois ouvragé et fresques remarquables rappellent, entre autres, leurs origines. Les eaux chaudes toniques et sédatives sont appréciées pour soulager les rhumatismes et les affections gynécologiques, dans un domaine thermal de caractère à taille humaine, qui privilégie depuis toujours, un esprit maison. Cent quatre-vingt églises romanes, cinq cent châteaux et belles demeures témoignent d'un glorieux passé, entre pays d'oïl et d'oc. C'est à Bourbon l'Archambault que naquit la dynastie des Bourbons, fondée par le sixième fils de Saint-Louis.

De la forteresse érigée au VIIIème siècle ne subsistent que trois des quinze tours d'origine, mais le château s'inscrit dans les circuits de référence. Cité historique, le petit bourg escarpé assume avec élégance son passé et ses reliques. Non loin, l'Abbaye de Souvigny et ses gisants, l'église de Saint-Menoux, le trésor de la cathédrale de Moulins (ville médiévale sur l'Allier) racontent d'autres épisodes. La vallée de la Sioule, l'imposante forêt de chênes de Tronçais, l'Arboretum  du château de Balaine ou les vignes de Saint-Pourçain sont autant de rendez-vous naturels.

L'Hôtel Montespan-Talleyrand, au cœur d'un grand parc est relié par accès direct aux Thermes. Dans ce bel et somptueux édifice thermal, palais des eaux, les cabines de soins ainsi que certains équipements ont fait peau neuve. Cette restauration témoigne de la volonté soutenue d'intégrer un passé thermal prestigieux à des soins toujours plus dynamiques et performants. Au XIXème siècle, après une désaffection très marquée, Bourbon bénéficie de sa relative proximité avec Paris : l’ État fait édifier un établissement moderne sur l’emplacement de l’ancien couvent des capucins, détruit sous la Révolution.

L’ensemble est plaqué de faïences multicolores, chargée de motifs floraux, de scènes aquatiques, de naïades resplendissantes, évoquant les bienfaits des eaux locales. Si l’équipement, récemment renouvelé, est résolument moderne, l’esprit d’origine est parfaitement respecté, conférant à l’endroit un charme indiscutable. La petite citée bourbonnaise, baignée par l’histoire, gâtée par les dieux, sertie dans une campagne admirable dédiée à l’art de vivre et à l’architecture de style, est bien plus qu’une destination curative : elle séduira le voyageur attentionné, qui saura saisir les mille et un charmes de Bourbon.

Une histoire gravée dans la pierre...


Détail de l'architecture

Tête de pont du duché d’Aquitaine face au royaume de France, Pépin, dit le Bref, réduisit la première forteresse établie là. A l’aube du millénaire, la ville échoit aux Bourbons, qui bâtissent un formidable château. Nanti de 24 tours, baigné par les eaux d’un étang de 35 hectares, il ne fut jamais pris.


Détail de faïence visible
dans les thermes.

Dans l’enceinte, une chapelle accueillait les saintes reliques " Fragments de la Vraie Croix ", " Épine de la Sainte Couronne " ramenées des croisades. Une seconde chapelle, copie conforme de celle de Paris, succéda à la première au XVIème siècle. En 1793, l’abbé Petit - Jean, apprenant le saccage imminent des lieux par les révolutionnaires, sauva les reliques en utilisant un souterrain. Il les mura dans l’église paroissiale qui, depuis, en est dépositaire. Le château fut également gravement endommagé, brûlé et transformé en carrière de pierre. Nombreux sont les édifices alentour incluant des éléments de la vieille forteresse.

C’est un jeune écrivain, Achille Allier qui, le premier, attira l’attention sur le triste destin du bâtiment. Aujourd’hui subsistent trois tours de défense, propriété du comte de Paris, et la tour "Qui-qu’en-Grogne", ainsi nommée car construite en dépit de l’hostilité de la population locale.
Cette dernière dut son salut à son utilisation comme prison durant la période révolutionnaire. Le reste du plateau fut colonisé par le village. Du sommet du château, on distingue parfaitement les contours de l’ensemble ; ici l’ébauche d’une tour transformée en terrasse, là l’ancien moulin, alimenté par l’étang.

Le Jardin de Montespan...

Le Bourbonnais rejoignit la couronne de France en 1531, quelques années avant l’accession au trône de la maison des Bourbons, en la personne d’Henri IV. La fin d’une époque pour la cité. Le château fut délaissé au profit de la cour parisienne. Cependant, les élites en firent un lieu de villégiature et de soins très couru. Après la guérison de Monsieur, frère de Louis XIII, ce dernier ordonna des travaux de captage et la construction d’un établissement de bains, le Logis du Roy, sis place des Thermes et actuel Office de Tourisme. Trois puits et des bassins furent pratiqués pour offrir plus de confort. Le règne de Louis XIV marqua l’apogée des Thermes. Parmi les curistes, on remarqua Boileau, Mme. de Sévigné, le Grand Condé et surtout fidèle parmi les fidèles, Mme de Montespan. La favorite du roi, encore en cour lors de son premier séjour, vint fréquemment à Bourbon L'Archambault ;  la cité, le temps d’une saison, devenait alors une annexe de Versailles, avec ses rumeurs, ses petits scandales et ses grands secrets.

 

 

■ Visite(s) conseillée(s) à ou près de la ville de Bourbon l'Archambault


• La ville de Bourbon l'Archambault --► 
• Le Château de Bourbon l'Archambault --► 
• Le patrimoine en valeur à Bourbon l'Archambault --► 
• Les thermes de Bourbon l'Archambault --► 
• Le Musée Augustin Bernard (Il occupe l'ancien établissement thermal, ou " Logis du Roy ", bâti par Gaston d'Orléans) --► 

Mais aussi...

• Franchesse : (560 habitants) avec sa très belle église
• Ygrande : (950 habitants) Église du XIIème dotée d'une des plus belles flèches en pierre de la région.
• La Forêt de Gros Bois : où l'on retrouve les vestiges de l'abbaye de Grammont.
• Le Château de Plessis : ruines du château de la fin du XVème siècle (pas de visite intérieure).

___

Pour votre séjour dans le département de l'Allier, Auvergne Centre France vous guide dans le choix de votre hébergement...