Hébergements

 • Allier
 • Cantal
 • Haute-Loire
 • Puy-de-Dôme
 • Aires camping-cars

Tourisme

 • Curiosités
 • Espaces
 • Faune
 • Flore
 • Galerie photos
 • Maisons du Parc
 • Milieux naturels
 • Parcs Animaliers
 • Passion pêche
 • Patrimoine
 • Randos pédestres
 • Randos VTT
 • Route des lacs
 • Ski nordique
 • Sports & Loisirs
 • Sports aériens
 • Sports de rivière
 • Thermes
 • Tourisme de santé
 • Villes et villages
 • Villes d'eaux
 • Volcanisme

Patrimoine

 • Art Roman
 • Circuits découvertes
 • Contes et légendes
 • Dates - Personnalités
 • Édifices religieux
 • Musées
 • Route des châteaux
 • Route des moulins

Terroir

 • Produits locaux
 • Recettes
 • Route des métiers
 • Route du miel

Départements

 • Allier
 • Cantal
 • Haute-Loire
 • Puy-de-Dôme
Dossiers
 • Éditoriaux
 • Les dossiers
 • Les Saint Patrons

Organismes

 • Offices de tourisme

Réseaux sociaux

FacebookFacebook

 

Zoom au survol de l'image
 

GRANDE HISTOIRE DES BOURBONS
La fabuleuse épopée es Bourbons

 

Zoom au survol des images

Bourbon l'Archambault Moulins Montluçon Gannat Vichy Charroux


Le Palais Ducal (Moulins)

Le Bourbonnais brille par son patrimoine. Il est le second département de France, après la Dordogne, le plus fourni en châteaux et églises romanes. Une très importante partie de ce trésor provient de l'emprise de la famille de Bourbon sur ce territoire. Les Bourbons sont nés en plein cœur du Bocage Bourbonnais, dans ce qu'on appelle de nos jours le "triangle des Bourbons": Souvigny, Bourbon-l'Archambault et Moulins.

La famille de Bourbon est née à Bourbon-l'Archambault. Toute sa puissance trouva son origine dans cette commune, qui donna d'ailleurs son nom à la famille. C'est ici que les seigneurs de Bourbon commencèrent à gravir les échelons jusqu'à accéder à la royauté avec Henri IVHenri IV.
A partir de cette période, cette famille construisit son domaine à la force de l'épée, mais aussi avec l'intelligence des mariages, et une certaine fidélité au roi de France. La seigneurie ou "sirerie" de Bourbon devint en 1272, par alliance, un bien d'une branche cadette de la maison royale de France.

Aymar ou Adhémar est le premier seigneur de Bourbon connu. En 913, le roi Charles le Simple lui octroya, en récompense de sa fidélité, plusieurs terres situées en Berry, en Auvergne et dans l'Autunois. Son fils, Aimond, acquérit le château de Bourbon et devint, à ce titre, le premier seigneur de Bourbon. Il est impossible de définir si ce bien fut acquis par les armes ou par mariage. Avec l'acquisition de ce château, les sires de Bourbon devinrent les seigneurs les plus puissants entre le Cher et l'Allier.
La lignée des Archambault de Bourbon, apparue dès 959, se perpétua jusqu'en 1249, le temps d'asseoir l'autorité féodale sur un territoire de plus en plus vaste qui représentait, à la fin du XIIIème siècle, l'essentiel du département de l'Allier actuel. Les Bourbons furent de tout temps serviteurs du trône. Ils furent des conseils des rois en exerçant diverses fonctions : chambriers, connétables, régents. Cette alliance constante et fidèle facilita l'essor et la prospérité du Bourbonnais.
Le blason, des premiers Bourbons sires d'Archambault, ne possédait pas la fleur de lys. Il fallut trois cent ans à cette famille de mariages et de prises de possession pour se rapprocher de la famille royale.
Parmi ses membres les plus prestigieux, Archambault le Fort régna plus de cinquante ans. Il renforça la présence des Bourbons en Auvergne en restant fidèle à la royauté, notamment en rempart face à l'Aquitaine, aux premiers frémissements de la Guerre de Cent Ans. Il partit à la troisième croisade avec Philippe II Auguste. Celui-ci remaria la fille d'Archambault, Mathilde, avec Guy de Dampierre, maréchal de Champagne, un de ses fidèles, en 1196. La deuxième maison des Bourbons fut dès lors créée.

La fleur de lys entre dans les armoiries des Bourbons en 1327. La position géographique du Bourbonnais, situé entre le domaine royal et les duchés d'Aquitaine et d'Auvergne, intéressa particulièrement le pouvoir royal. Fidèles alliés de la couronne de France, les Bourbons virent leurs terres promues au titre de duché par Charles V, en 1327, distinction rare à l'époque. Cette dernière se concrétisa par l'alliance de Béatrix de Bourbon et du sixième fils de Saint-Louis, Robert de Clermont, et marqua une étape importante. Leur fils Louis devint le premier duc de Bourbon.
Le duc Louis II de Bourbon décida d'installer la cour des comptes ducale à Moulins, faisant de la ville la capitale du duché de Bourbon. Elle le resta jusqu'en 1532, date du rattachement du duché à la Couronne. Grand capitaine de son temps, ce prince sage servit avec fidélité la monarchie Française pendant plus d'un demi-siècle. Vers 1500, le Bourbonnais atteignit son apogée sous Pierre de Beaujeu, et surtout son épouse, Anne de France, plus connue sous le patronyme d'Anne de Beaujeu. Le duché était alors le plus gros et le dernier des grands fiefs féodaux.

 

Anne de Beaujeu

Anne de France naquit à Genappe, en Belgique, en 1461. Fille aînée de Louis XI, elle fut fiancée très jeune au futur duc de Lorraine qui mourut en 1473. Suite à ce décès, elle épousa en 1474 Pierre de Bourbon, sire de Beaujeu, de vingt-trois ans son aîné. A la mort de son père, elle prit la régence du royaume pendant la minorité de son frère, le futur Charles VIII. De 1483 à 1491, elle exerça la régence avec son mari, devenu duc de Bourbon en 1488 à la mort de son frère Jean II de Bourbon. Dotée d'un fort caractère, elle arriva à composer avec la noblesse au grand étonnement des princes, mettant notamment un terme à la Guerre folle (1485-1488) qui l'opposait aux Grands du royaume. Le Traité du Verger signé en 1488 par Charles VIII et le duc de Bretagne, et qui mit fin à la Guerre folle, fut à l'origine du rattachement de la Bretagne à la France en 1532, le roi Charles VIII ayant épousé Anne de Bretagne. Pour couper court aux contestations sur la succession au trône, nées après le décès de son père, et fixer les termes de la régence, Anne de Beaujeu convoqua les Etats généraux à Tours en 1484. Pour préserver l'autorité royale, elle n'hésita pas, la même année, à laisser condamner et exécuter l'un des principaux conseillers de Louis XI, Olivier le Daim, accusé de prévarication.

 

Installée à Moulins, la capitale du Bourbonnais, Anne de Beaujeu tint une cour presque royale, recevant Charles VIII et Anne de Bretagne, ainsi que de nombreux artistes de l'époque, tout en développant le mécénat. Elle mourut à Chantelle en 1522 et fut inhumée dans le prieuré de Souvigny, auprès de son époux et de sa fille Suzanne.
Le palais Ducal de Moulins fut agrandi dans le nouveau style à la mode découvert en Italie: la Renaissance. Femme de caractère, protectrice des arts, Anne de Beaujeu s'inscrit pleinement parmi les personnages historiques qui ont façonné la France. A la fois femme politique et humaniste, elle affirma son féminisme dans des actions politiques qui permirent de maintenir l'unité du royaume. Le Maître de Moulins, peintre attaché à la cour des ducs de Bourbon, représenta Anne de France sur un panneau de son célèbre triptyque de la cathédrale de Moulins, ainsi que dans un diptyque exposé au Musée du Louvre à Paris.

Les relations entre le duché indépendant et la royauté se détériorèrent sous François Ier qui n'avait pas de bons rapports avec Charles III, le connétable de Bourbon. Lorsque ce dernier, à la suite d'intrigues de Louise de Savoie, la mère de François Ier, se vit dépouillé de tout, il tenta de s'allier à Charles Quint. Mais, la manœuvre échoua, et il dut s'enfuir.
Charles de Bourbon fut déchu de ses titres pour trahison et lèse-majesté. Sa fuite entraîna également la liquidation de tous les biens des Bourbons, apanages et patrimoine. En 1531, le duché de Bourbonnais fut rattaché à la Couronne de France. Le Bourbonnais, réduit à son territoire d'origine, devint le plus souvent le douaire des reines mères, qui se contentaient de percevoir leurs droits sans y habiter.

Charles de Montpensier, le connétable de Bourbon, après avoir vaillamment servi le roi François Ier, se révolta contre lui. Sa mort consacra en 1527 le rattachement de la grande féodalité de Bourbon à la France. Pour tenter une réconciliation entre protestants et catholiques, Jeanne d'Albret et Catherine de Médicis décidèrent de marier leurs enfants, Henri de Navarre et Marguerite de Valois.
Les catholiques profitèrent du rassemblement des protestants pour les noces à Paris, pour ordonner le massacre de la Saint-Barthélemy la nuit du 23 au 24 août 1572. Henri de Navarre, devenu roi de France sous le nom d'Henri IV en 1589, et voulant assurer sa descendance, fit annuler le mariage en 1599, et épousa Marie de Médicis en 1600.

Lui succédèrent, Louis XIII, Louis XIV, Louis XV, Louis XVI, Louis XVIII, Charles X et Louis-Philippe. Les Bourbons poursuivirent également l'exercice du pouvoir royal: en Espagne avec une monarchie constitutionnelle très active, dans le duché du Luxembourg, siège d'une famille encore régnante, et dans celui de Parme où régna quelque temps le père de Zita, éphémère impératrice d'Autriche à l'aube tragique de la première guerre mondiale.

 

Zoom au survol des images

Louis XIII Louis XIV Louis XV Louis XVI Louis XVIII Charles X Louis-Philippe

LES ARMOIRIES

Les premiers seigneurs de Bourbon à porter des armoiries furent ceux de la famille de Dampierre qui blasonnèrent : d'or au lion de gueules accompagné de huit coquilles d'azur.

Les armoiries actuelles du Bourbonnais sont celles de Robert, comte de Clermont et dernier fils de Saint-Louis, qui brisa les lys de France en ajoutant une bande de gueules. Son fils devenu duc de Bourbonnais conserva le blason paternel qui devint ainsi celui du duché de Bourbon.

À la fin du XIVème siècle, le roi de France Charles VCharles V simplifia ses armes et remplaça le semé de fleurs de lys par trois fleurs de lys, symbolisant la Sainte Trinité. Plusieurs princes du sang, dont Jean Ier suivirent l'exemple, donnant ainsi les armoiries définitives du Bourbonnais..

LANGUES

Le Bourbonnais se trouve au point de rencontre des trois grandes aires linguistiques qui occupent la majeure partie de la France : les domaines d'oïl, d'oc et franco-provençal.

Le français ou langue d'oïl, sous une forme dialectale, se parle dans les deux tiers nord, au-dessus d'une ligne Montluçon (oc) - Saint-Pourçain (oïl) - Lapalisse (oïl). Il est également parlé dans la région de Saint-Amand-Montrond, dans le Cher (zone anciennement bourbonnaise). Ce dialecte est originaire du "triangle des Bourbons" Moulins, Bourbon-l'Archambault et Souvigny.
La langue d'oc, dans sa variété auvergnate (altérée), se parle dans le tiers sud, vers Montluçon, Gannat et Vichy. Il s'agit des parlers du Croissant, occupant le sud du Bourbonnais et le nord du Limousin : ils connaissent des traits de transition vers le français mais leur caractère d'oc reste dominant.
Dans le Sud-est, dans la Montagne bourbonnaise, l'auvergnat (oc) reçoit des influences du franco-provençal.
Le terme de bourbonnais est ambigu : il peut désigner aussi bien les parlers occitans (parfois appelés bourbonnais d'oc ou arverno-bourbonnais) que les parlers français du Bourbonnais (bourbonnais d'oïl). Il est néanmoins généralement utilisé pour désigner les parlers d'oïl.

 

■ Visite(s) conseillée(s) dans le Bourbonnais


• La ville de Bourbon l'Archambault
• Le Château de Bourbon l'Archambault
• Les thermes de Bourbon l'Archambault
• Le patrimoine en valeur à Bourbon l'Archambault
• Le souterrain de La Burge à Bourbon l'Archambault
• Le Musée Augustin Bernard (Il occupe l'ancien établissement thermal, ou "Logis du Roy", bâti par Gaston d'Orléans)

Mais aussi...

• Franchesse : (560 habitants) avec sa très belle église.
• Ygrande : (950 habitants) Église du XIIème dotée d'une des plus belles flèches en pierre de la région.
• La Forêt de Gros Bois : où l'on retrouve les vestiges de l'abbaye de Grammont.
• Château de Plessis : ruines du château de la fin du XVème siècle (pas de visites).

05.02.2019

Pour votre séjour dans le département de l'Allier, Auvergne Centre France vous guide dans le choix de votre hébergement...
___