Hébergements

 • Allier
 • Cantal
 • Haute-Loire
 • Puy-de-Dôme
 • Aires camping-cars

Tourisme

 • Curiosités
 • Espaces
 • Faune
 • Flore
 • Galerie photos
 • Maisons du Parc
 • Milieux naturels
 • Parcs Animaliers
 • Passion pêche
 • Patrimoine
 • Randos pédestres
 • Randos VTT
 • Route des lacs
 • Ski nordique
 • Sports & Loisirs
 • Sports aériens
 • Sports de rivière
 • Thermes
 • Tourisme de santé
 • Villes et villages
 • Villes d'eaux
 • Volcanisme

Patrimoine

 • Art Roman
 • Circuits découvertes
 • Contes et légendes
 • Dates - Personnalités
 • Édifices religieux
 • Musées
 • Route des châteaux
 • Route des moulins

Terroir

 • Produits locaux
 • Recettes
 • Route des métiers
 • Route du miel

Départements

 • Allier
 • Cantal
 • Haute-Loire
 • Puy-de-Dôme
Dossiers
 • Éditoriaux
 • Les dossiers
 • Les Saint Patrons

Organismes

 • Offices de tourisme

Réseaux sociaux Google plusFacebookFacebook

 

Zoom au survol de l'image
 

Château de Parentignat (Puy-de-Dôme)

CHÂTEAU DE PARENTIGNAT
(Puy-de-Dôme)

XVIIIème siècle

7, Place du Château
63500 - Parentignat
 

DATES ET HORAIRES DES VISITES
___

Tous les week-ends de mai à septembre de 14h30 à 18h30
Tous les jours du 9 juin au 16 septembre de 14h30 à 18h30
Tous les jours du 1er juillet au 31 août de 10h à 12h30 et de 14h30 à 18h30
Groupes, sur rendez-vous.
Contact04 73 89 33 00 ou 04 73 89 51 10.

 

Zoom au survol des images

 

Le Petit Versailles Auvergnat...

Le château de Parentignat, baptisé le "Petit Versailles d’Auvergne" par Henri Pourrat est un passage obligé pour le visiteur curieux. Épargné à la Révolution, il abrite aujourd’hui l’une des plus importantes collection privée de peintures de grands maîtres français des XVIIème et XVIIIème siècles. La visite vous permet de découvrir les différentes enfilades des salons, la salle à manger, les chambres d’apparats qui conservent encore une grande partie de leur mobilier d’origine et la bibliothèque avec ses 20 000 volumes reliés. Une promenade parmi les arbres du magnifique parc à l’anglaise complétera agréablement votre visite au cœur de l’Auvergne.

HISTOIRE

C’est en 1707 que Jean-Antoine de Lastic, chevalier seigneur et prieur de Bredon, acheta la Seigneurie de Parentignat aux héritiers de Maximilien de Sommyèvre au profit de son neveu François II de Lastic, marquis de Sieujac, pour la somme de 45 000 livres. La demeure de Sommyèvre, englobée aujourd'hui dans l'aile gauche du château, se composait alors d'un corps de bâtiment carré flanqué de quatre tours dont seules les deux tours nord subsistent. Le village s'étendait à l'emplacement actuel de la cour d'honneur. À partir de 1710, François II entreprit une importante campagne d'achat des maisons environnantes (plus de 170 contrats de ventes furent recensés dans les archives de Parentignat), afin de dégager le château et commencer sa construction. Un jardin à la française fut créé. Il dépensa en construction et en achats plus de 100 000 livres entre 1710 et 1720. Parentignat avait alors la réputation d'être une des demeures les plus "richement meublée" de la province".

Son fils Anne- François III ne vint en Auvergne que pour y régler ses affaires, et le château fut laissé plus ou moins à l’abandon. Il meurt en 1772. On retrouve les traces d'un mobilier somptueux dans un inventaire daté de cette époque, dont subsistent encore quelques pièces.

Ce n'est qu'en 1780 qu'Anne-François IV, lieutenant général des Armées du Roi, entreprit une importante campagne de travaux et donna à Parentignat l'allure que nous lui connaissons aujourd'hui. Le corps de bâtiment central fut probablement terminé à cette époque, tout comme l'ensemble des toitures mansardées. Il acheta une carrière de marbre afin de construire l'escalier d'honneur. D’un caractère qualifié de "difficile", il se retira de la cour en 1779 et passa le plus clair de son temps en Auvergne. Le château fut épargné par la révolution, sans doute grâce aux idées "libérales" de François IV et ,plus tard, au dévouement du régisseur du domaine Monsieur Herbot. François IV combattit sous les ordres de Lafayette puis de Dumouriez. Une inscription subsiste sur le moulin qui remercie "le citoyen LASTIC d'avoir érigé à ses frais un atelier de salpêtre libre et Républicain". Il mourut à Parentignat en 1794. Ce n'est qu'en 1802 que sa belle fille, veuve de Anne-François V, née Louise Hyacinthe de Montesquiou Fézensac, belle sœur d'Anne de Montesquiou et nourrice du Roi de Rome, engagea des travaux de conservation sommaires et créa le parc à l'Anglaise tel qu'il est connu aujourd'hui.

Sa fille Octavie, unique héritière de Parentignat, épousa en 1807 un lointain cousin, Pierre Annet-François Joseph de Lastic Vigouroux. En 1822, un incendie dû à la négligence d'un palefrenier des Haras Nationaux, locataires de l’aile nord du château à partir de 1816, détruisit tout l'étage mansardé ainsi qu'une grande partie du mobilier d'origine qui avait été relégué au grenier pour être remplacé par des meubles de l'époque. Une restauration sommaire fut entreprise et une nouvelle période de laisser-aller s'étendit jusqu'en 1870. C'est alors qu'Henriette de Valin, veuve d'Annet-François VII de Lastic entreprit de nombreux travaux de rénovation. Jean de Lastic son fils entreprit à son tour la restauration du monument à partir de 1888. Les dômes, aujourd’hui restaurés en tuiles, furent créés et les toitures recouvertes d'ardoises. La mansarde de l'aile Sud fut entièrement reconstruite à l'identique. Jean de Lastic ne s'arrêta pas à la restauration de l'extérieur et du parc qui avait souffert de plusieurs décennies d'abandon, il créa des salons au rez-de-chaussée, la bibliothèque et aménagea également les chambres d’apparat du premier étage.

Parentignat traversa la première partie du XXème siècle sans subir de transformations majeures. Annet-François XI de Lastic, fils aîné de Jean et sa femme née Claude de Saint Genys y effectuèrent de nombreux travaux de conservation.

A la mort de Annet-François VIII en 1970, leur neveu et fils adoptif Georges de Lastic Saint-Jal entreprit de nombreux et très importants travaux de restauration de toitures, fondations, drainage. Il recréa entièrement le parc qui avait été laissé à l'abandon. Les travaux se poursuivirent depuis, toitures, électricité, peintures… Les grandes salles du premier étage abritent aujourd'hui une partie de la collection de George de Lastic avec la volonté d'offrir un parcours de plus en plus étendu au visiteur.

GALERIE (extrait)

La collection Georges de Lastic est une série très importante d’œuvres d'art ayant appartenu à l'historien d'art Georges de Lastic et actuellement conservées au château familial de la famille de Lastic. Elle est à ce jour une des plus grandes collection de tableaux de peintres français des XVIIème et XVIIIème siècle.

Zoom au survol des images

Louis XIV Marie-M. de La Fayette Isaac Fuller P.-G.
Lemoine
Louis XV Antoine Coysevox Ruines antiques
Marie Mancini St. Gervais et St. Protais Le Grand Dauphin Louise Anne de Bourbon Le Prévôt des marchands La marquise de Noailles Le duc de Penthièvre

LE PARC

Le style "à l'anglaise" du parc, naturellement intégré à la campagne environnante, date de la fin du XVIIIème siècle. Auparavant, un dessin "à la française" de facture simple, en accord avec l'architecture du château, occupait toute la partie aujourd'hui engazonnée. A l'emplacement des rosiers, une balustrade limitait la terrasse; au centre, un escalier en pierres à double volée de marches conduisait au niveau du jardin composé de petits compartiments géométriques avec un bassin circulaire au centre et un grand bassin au fond. Au-delà s'étendait un alignement d'arbres "en patte d'oie". Sur la gauche un potager était ordonné dans le même esprit et, à droite, un verger.
Après la Révolution, on supprima la balustrade et l'escalier, on creusa l'étang en ménageant une île; la terre extraite fut talutée contre la terrasse pour créer le plan incliné actuel, et les parterres de buis furent remplacés par du gazon. Des arbres de haute futaie subsistent encore près de la balustrade, à gauche de l'escalier.

VISITES

Aujourd'hui classé monument historique, le Château, est membre de la Demeure Historique, des Vieilles Maisons Françaises et de la Route des Châteaux d'Auvergne... La visite vous permettra de découvrir les différentes enfilades des salons, la salle à manger, les chambres d’apparats qui conservent encore une grande partie de leur mobilier d’origine et la bibliothèque avec ses 20 000 volumes.

Une promenade parmi les arbres du magnifique parc à l’anglaise complètera agréablement votre visite.
Expositions, spectacles, concerts...

Zoom
au survol de l'image

 


■ Mariages, dîners de prestige, séminaires, réunion de travail.

Mariages :
- jusqu’à 250 personnes assises dans le Grand Pavillon donnant sur la cour d’honneur du château.
Terrasse du château pour le cocktail.
Orangerie en cas de mauvais temps.

 

 

■ Visite(s) conseillée(s)


• La ville d'IssoireVoir la ville d'Issoire (Puy-de-Dôme)
• Le musée de la minéralogie à IssoireVoir le musée de la minéralogie à Issoire (Puy-de-Dôme)
• L'ancienne Abbatiale Saint-Austremoine à IssoireVoir L'ancienne Abbatiale Saint-Austremoine à Issoire (Puy-de-Dôme)
• Le Centre d'Art Roman Georges Duby à Issoire
• La Tour de l'Horloge (4, Rue du Ponteil à Issoire) : entrez dans la Renaissance, remontez le temps jusqu'en 1500, époque foisonnante, planétaire, européenne, mutante, artistique, féroce

Mais aussi...

• Le pont suspendu sur l'Allier à Parentignat (2ème quart du XIXème siècle)

19.12.2018

Pour votre séjour dans le département du Puy-de-Dôme, Auvergne Centre France vous accompagne dans le choix de votre hébergement !...