Hébergements

 • Allier
 • Cantal
 • Haute-Loire
 • Puy-de-Dôme
 • Aires camping-cars

Tourisme

 • Curiosités
 • Espaces
 • Faune
 • Flore
 • Galerie photos
 • Maisons du Parc
 • Milieux naturels
 • Parcs Animaliers
 • Passion pêche
 • Patrimoine
 • Randos pédestres
 • Randos VTT
 • Route des lacs
 • Ski nordique
 • Sports & Loisirs
 • Sports aériens
 • Sports de rivière
 • Thermes
 • Tourisme de santé
 • Villes et villages
 • Villes d'eaux
 • Volcanisme

Patrimoine

 • Art Roman
 • Circuits découvertes
 • Contes et légendes
 • Dates - Personnalités
 • Édifices religieux
 • Musées
 • Route des châteaux
 • Route des moulins

Terroir

 • Produits locaux
 • Recettes
 • Route des métiers
 • Route du miel

Départements

 • Allier
 • Cantal
 • Haute-Loire
 • Puy-de-Dôme
Dossiers
 • Éditoriaux
 • Les dossiers
 • Les Saint Patrons

Organismes

 • Offices de tourisme

Réseaux sociaux

Google plusFacebookFacebook

 

Zoom au survol de l'image

MUSÉE DES ARTS D'AFRIQUE ET D'ASIE

16, Avenue Thermale
03200 Vichy
 

DATES ET HORAIRES DES VISITES
___

Ouvert de début mai au 31 octobre du mardi au dimanche de 14h à 18h.
Ouvert les Jours fériés.
Visites guidées pour les groupes, animations pédagogiques pour les scolaires
et les centres de loisirs sur R.D.V
sur réservation 04 70 97 76 40

 

Zoom au survol des images

Henri Watthé

Père Henri Watthé

Né le 6 août 1878 à Houtkerque (France) et décédé à Vichy (France) le 18 novembre 1935 à l'âge de 57 ans, est le fondateur de la Maison du Missionnaire à Vichy (France) dont il fut directeur de 1922 à 1925.


Musée installé dans un ancien établissement thermal du XIXème siècle présentant des collections des civilisations africaines et asiatiques traditionnelles et contemporaines. Arts décoratifs, ethnographie, religions, musique, le Musée des Arts d'Afrique et d'Asie vous invite à la découverte des autres cultures.

Ce Musée fait partie de l'Association de la Maison du Missionnaire fondée en 1923 par le Révérend Père Henri Watthé. L'association accueille missionnaires et religieux en cure à Vichy et des séminaristes étrangers venus apprendre le français au Cavilam. La Maison du Missionnaire et le Musée sont administrés par un Conseil de 10 membres laïcs bénévoles. Depuis 2003, le Musée expose des instruments de musique du monde entier. Cette exposition interactive est liée à la découverte du son des instruments et de différentes expressions musicales grâce à une borne multimédia.

HISTOIRE

• 1923 : Fondation de la Maison du Missionnaire par le Révérend Père Henri Watthé, lazariste. Cette association accueille les missionnaires venus suivre une cure thermale à Vichy. Création du Musée avec des objets collectés par les missionnaires et des dons de particuliers.
• 1928 : la Maison est reconnue d’utilité publique.
• 1930 : construction de la maison « Béthanie », lieu de séjour des Missionnaires, de la chapelle, de la salle de conférence et du Musée.
• 1935 : décès du Père Watthé. Nommé directeur, le père Aroud offre ses collections asiatiques au Musée.
• 2000 - 2002 : réhabilitation du Musée. Inventaire des collections et réalisation du projet muséographique. Une ancienne maison (1881), qui fut successivement un établissement d’hydrothérapie et le laboratoire de contrôle de la qualité des eaux de Vichy, accueille les salles du Musée des Arts d’Afrique et d’Asie.
• 2 juillet 2002 : ouverture du Musée.

EXPOSITIONS

Zoom au survol des images

Objets curieux

• Bols transformés par l’éruption du mont Pelé,
• Trophées de chasse du Mayombe,
• Mâchoire de requin de 40 cm de diamètre,
• Cabinet japonais laqué or et incrusté d’ivoire,
• Parure de chef du Cameroun, vannerie et perles,
• Maquette de bateau du Normandie,
• Fossiles du Vietnam,
• Tortue de Madagascar...

Cet inventaire surréaliste raconte notre fascination pour l’Ailleurs et le goût européen pour l’accumulation. C’est la longue histoire du regard occidental sur les autres cultures, ces objets que l’on trouve depuis le 16 ème siècle dans les collections européennes : pourquoi ont ils été choisis ? Quel discours portent ils ? La passion de l’objet s’est concrétisée en Occident dans le musée, lieu de conservation, d’éducation, et de délectation selon la définition de l’UNESCO..

Collections asiatiques

Les œuvres proviennent essentiellement de Chine et d’Asie du Sud Est. Conséquence de la présence coloniale française en Indochine, le Vietnam, le Laos, le Cambodge sont bien représentés.  De nombreuses congrégations religieuses comme les Missions Etrangères, la Congrégation de la Mission ont participé à la constitution du fond asiatique, notamment pour l’art chinois. Des donateurs laïcs, curistes, fonctionnaires coloniaux, ont aussi contribué à enrichir les collections du Musée.  Grâce à la reconnaissance d’utilité publique acquise en 1928, l’association fut habilitée à recevoir des dons et des legs. Tout au long du 20ème siècle, de généreux donateurs complétèrent les collections ; ce sont eux qui, aujourd’hui, continuent à faire exister le Musée des Arts d’Afrique et d’Asie.

Collections africaines

En 1922, le Musée du Missionnaire présentait aux visiteurs des objets d'Afrique, issus des colonies françaises et pays de missions catholiques. Les œuvres témoignent aujourd'hui de la richesse et de la diversité des arts traditionnels africains. Trois grandes aires géographiques sont couvertes : le Maghreb, l'Afrique de l'ouest (Côte d'Ivoire, Burkina Faso, Mali, Bénin) et l'Afrique centrale (Gabon, République du Congo, République démocratique du Congo).

Expositions 2018

AFRIQUE

Collections missionnaires.

Grâce au prêt inédit de plusieurs musées, l’exposition questionne la présence en France d’objets des cultures africaines. Ils sont les témoins de nos relations avec l’Afrique : du renouveau missionnaire au 19ème siècle, de la colonisation aux Indépendances en 1960, jusqu’à notre regard contemporain.

DRAGON

Nous connaissons tous le dragon. Il apparaît dès les débuts du monde, dans toutes les sociétés, sous la forme d’un reptile gigantesque. Les histoires de dragons d’Australie, de Chine, d’Europe, du Brésil, sont multiples et montrent ses différents rôles culturels.

CULTUROSCOPE (Exposition semi permanente)

Une exposition interactive pour regarder l’universel à travers les collections du musée...

ÉQUIPEMENTS & SERVICES

• Le musée est entièrement accessible aux personnes à mobilité réduite. Le portail se situe juste avant le 16 avenue Thermale, une rampe permet l’accès au musée. Le musée est pourvu d’un ascenseur
• Salle de projection.
• Animaux admis,
• Groupes acceptés, visites individuelles et guidées, visites groupes libres,
• WC publics,
• Boutique,
• Ascenseur,
• Jeux pour enfants

LANGUE(s) PARLÉE(s)

 

■ Visite(s) conseillée(s)


• Vichy (La ville) --► Voir la ville de Vichy (Allier)
• Galerie photos --► 
• Vichy ville d'eaux --► 
• Propriétés des eaux de Vichy --► 

Mais aussi...

• Jardin Secret Parc - Médiathèque Valéry Larbaud,
• Les Chalets Napoléon - 107, Boulevard des États Unis,
• Les Thermes Callou - Centre Thermal de Callou,
• Les Thermes Centre des Dômes - Centre Thermal des Dômes,
• L'Observatoire des poissons - Boulevard Franchet d'Esperey,
• La Source de Chomel - Parc des Sources,
• La Source de l'Hôpital - Parc des Sources,
• La Source des Célestins - Boulevard Président Kennedy,
• La Station Thermale de Vichy - 132, Boulevard des États Unis,
• Les parcs de l'Allier,
• La Maison de Mme. de Sévigné (*),
• La Maison du Bailliage,
• L'Église Saint-Blaise,
• La Maison du Missionnaire,
• La Bibliothèque de Valéry Larbaud...

(*) En 1584, la famille Gravier acquérit une propriété qui appartenait à la famille Doultre depuis 15291, au bord de l'Allier. François Gravier, vers 1624, fit détruire les bâtiments qui s'y trouvaient dont la tour dit de Ramas et fit construire une partie de l'actuel pavillon. En 1821, la famille Ravin-Charcot en devint propriétaire. La porte du Pont fut détruite en 1841 et remplacée par un logis avec belvédère. La maison accueillait alors des hôtes venant prendre les eaux à Vichy. Pour faire de la publicité à sa maison, Mme Ravin-Charcot prétend que c'est ici que la marquise de Sévigné était descendue lors de ses deux séjours à Vichy, en 1676 et 1677, où elle était venue faire soigner ses rhumatismes. Mme Ravin-Charcot a fait apposer un panneau au-dessus de la porte, puis une plaque de marbre rappelant son passage. Elle désigne même la chambre où la marquise aurait dormi. Mais il existe de forts doutes sur ce récit, les historiens penchant plutôt pour un séjour de la marquise à l'auberge de la Croix-Blanche toute proche, où se trouve aujourd'hui l'Ermitage.

En 1905, le pavillon prit le nom d'hôtel de Sévigné, devenant un des établissements de luxe de Vichy. Il reprit son nom d'hôtel de Sévigné quelques années plus tard sous l'impulsion de son nouveau propriétaire, M. Risler. Par la suite Joseph Aletti, propriétaire de plusieurs hôtels de luxe et un des promoteurs de la station thermale, en prit la direction. Pendant la Première Guerre mondiale, le pavillon de Sévigné fut réquisitionné comme plusieurs autres hôtels de la ville, pour être transformé en hôpital temporaire.
Lors des dix premiers jours de juillet 1940, le pavillon abrita les appartements du président de la République Albert Lebrun avant que celui-ci ne quitte Vichy. Il devint ensuite la résidence privée du maréchal Pétain (il y résida principalement l'été, demeurant à l'hôtel du Parc l'hiver) et le lieu où se tiennent les conseils des ministres du gouvernement de Vichy. Il redevient un hôtel de luxe jusqu'à sa fermeture en 1995. En 2002, il a été transformé en résidence privée.

           07.09.2018

 

___

Pour votre séjour dans le département de l'Allier, Auvergne Centre France vous guide dans le choix de votre hébergement...