Hébergements

 • Allier
 • Cantal
 • Haute-Loire
 • Puy-de-Dôme
 • Aires camping-cars

Tourisme

 • Curiosités
 • Espaces
 • Faune
 • Flore
 • Galerie photos
 • Maisons du Parc
 • Milieux naturels
 • Parcs Animaliers
 • Passion pêche
 • Patrimoine
 • Randos pédestres
 • Randos VTT
 • Route des lacs
 • Ski nordique
 • Sports & Loisirs
 • Sports aériens
 • Sports de rivière
 • Thermes
 • Tourisme de santé
 • Villes et villages
 • Villes d'eaux
 • Volcanisme

Patrimoine

 • Art Roman
 • Circuits découvertes
 • Contes et légendes
 • Dates - Personnalités
 • Édifices religieux
 • Musées
 • Route des châteaux
 • Route des moulins

Terroir

 • Produits locaux
 • Recettes
 • Route des métiers
 • Route du miel

Départements

 • Allier
 • Cantal
 • Haute-Loire
 • Puy-de-Dôme
Dossiers
 • Éditoriaux
 • Les dossiers
 • Les Saint Patrons

Organismes

 • Offices de tourisme

 

▼ Zoom au survol de l'image

VICHY
Ville du département de l'Allier

Code Postal : 03200
Population moyenne : 24800h. env.
Altitudes moyennes :
243m. - 317m.

 

▼ Zoom au survol des images ▼

 


  Le chalet de l'Impératrice

■ Ville d'eaux par excellence, assise sur les rives de l'Allier, Vichy a une vocation thermale mondialement connue. La ville bénéficie d'un environnement géographique privilégié où parcs et jardins sur les bords de la rivière invitent  à la détente. Vichy s'affirme comme une station d'envergure européenne dédiée à la beauté, la santé, la forme et les loisirs comme le lui confèrent ses infrastructures pluridisciplinaires et modernes. Courses hippiques, sports nautiques, terrains de golf, opéra prestigieux, rien ne manque...
Un très grand effort de rénovation architectural et de restructuration du cœur de la ville ont été entrepris pour en faire un lieu idéal de shopping et de détente.

Vichy arbore un héritage historique surprenant avec un grand nombre de résidences et d'hôtels particuliers, des bâtiments d'inspiration coloniale ou orientales, sans oublier les remarquables demeures privées de Napoléon III. Vichy séduit par la qualité de ses commerçants et par le très grand nombre d'activités culturelles et sportives qu'elle propose : expositions, conférences, concerts, courses hippiques, théâtre, casino, festivals, etc.

Les parcs qui bordent le fleuve, mettent en valeur les séjours balnéaires et de loisir. Au nord de la ville, un centre omnisports a été aménagé, constituant ainsi l'un des plus beaux complexes sportifs européens. Le lac d'Allier [plan d'eau de plus de 100ha.] est réservé aux compétitions internationales fluviales [régates, aviron, ski nautique...]. Le Sporting-club complète cet ensemble avec son golf de 18 trous, ses tennis et sa piscine.

■ Une ville mosaïque...


L'immense parc thermal est un
véritable poumon vert au cœur
de la cité.

Vichy, née de la passion de Napoléon III pour cette station, ce sont aussi d’innombrables résidences et villas, édifiées au début du siècle par la haute société, qui venait rafraîchir ses étés dans le Bourbonnais. Un mois de bain méritait autre chose qu’un séjour à l’hôtel : chacun fit construire, en fonction de ses origines, de ses fantasmes, la ville était là inventer, tout était donc possible.  Cela nous vaut aujourd’hui une mosaïque étonnante où l’on passe, sans coup férir, de la copie du Ca Gustinian de Venise à un castel néogothique, d’un pavillon baroque à un chalet anglais. Il suffit de lever le nez pour  succomber au charme des multiples moulures, des balcons de fer forgé, des toitures monumentales d’où émergent parfois quelques tourelles médiévales.

Comment ne pas se rappeler alors que  c’est dans ce périmètre que s’est joué, quatre ans durant, le destin de la France. L’hôtel du Parc, siège du régime dirigé par Pétain, entre 1940 et 1944, reste l’un des lieux qui attisent le plus la curiosité du nouvel arrivant. Ce passé, Vichy n’en a plus peur et elle désire, de plus en plus, l’analyser avec lucidité. Cette légende noire n’enlève rien au mystère de cette cité qui sait faire de ses dimanches des jours de fête, en ouvrant boutiques et cafés. Et nombreux sont les visiteurs qui s’en viennent là prendre leur part de rêve, soustraits, pour quelques heures, à la marche du temps, dans cette ville ordonnée comme pour une éternelle soirée de bal impérial.


La curieuse source des Lys

Cette cité se nourrit de lumière, réticente qu'elle est aux frimas montagnards et aux brumes de l'Allier. Elle aspire le printemps à grandes goulées ; ce printemps qui s’engouffre par toutes les allées paisibles de ses parcs centenaires, taquinant l’ombre des vieilles ruelles lovées autour de l’église Saint-Blaise jusqu’au plus sombre des grands hôtels particuliers du quartier thermal. Passé l’ Allier, la magie opère déjà : partout, dentelles de pierre et de métal, façades de briques ou de bois, parcs et sources se côtoient et s’ordonnent en décors féeriques. La ville ne quitte jamais ses habits de lumière, jusqu’au soir venu, où un coucher de soleil irradie la rivière d’un crépuscule de Riviera. C’est au petit matin, au long de la ceinture verte, qui accompagne l’ Allier, que l’on saisit d’abord l’âme de Vichy. 

Le parc Napoléon, planté d’essences rares, émaillé de bâtisses singulières, accueille en ses rondeurs lascives les premières promenades des " baigneurs ". Au-delà du parapet, la rivière se fait mer intérieure et retentit des coups de pelle des équipages d’aviron. Plus loin, des voiliers de lac helvétique croisent au large d’une guinguette encore endormie et frôlent quelques péniches languissantes . La réputation de Vichy, alliant santé, culture, sport, raffinement n'est plus à faire: sur la rive droite de l'Allier, la ville avec son activité culturelle, ses parcs aux essences rares, et, sur la rive gauche, un vaste espace consacré au sport.

 

 

___

GALERIE PHOTOS
▼ Zoom au survol des images ▼
 

Le Parc Napoléon Le Parc Napoléon Le Parc Napoléon Le Parc des Sources La Source Chomel Le Lac d'Allier Le Parc Pierre Coulon
Le Hall des Sources Le Hall des Sources Le Hall des Sources Source Grande Grille Le Pont de Bellerive La Rotonde Le Grand Dôme
     

Bateau Pierre Coulon

     
           

■ Visite(s) conseillée(s) à ou près de la ville de Vichy


• La ville de Vichy --► 
• Vichy ville d'eaux --► 
• Le Musée Municipal Médiathèque Valéry Larbaud --► 

Voir aussi...

• Jardin Secret Parc - Médiathèque Valéry Larbaud,
• Les Chalets Napoléon - 107, Boulevard des États Unis,
• Les Thermes Callou - Centre Thermal de Callou,
• Les Thermes Centre des Dômes - Centre Thermal des Dômes,
• L'Observatoire des poissons - Boulevard Franchet d'Esperey,
• La Source de Chomel - Parc des Sources,
• La Source de l'Hôpital - Parc des Sources,
• La Source des Célestins - Boulevard Président Kennedy,
• La Station Thermale de Vichy - 132, Boulevard des États Unis,
• Les parcs de l'Allier,
• La Maison de Mme. de Sévigné (*),
• La Maison du Bailliage,
• L'Église Saint-Blaise,
• La Maison du Missionnaire,
• La Bibliothèque de Valéry Larbaud,
• La Maison du Missionnaire...

(*) En 1584, la famille Gravier acquérit une propriété qui appartenait à la famille Doultre depuis 15291, au bord de l'Allier. François Gravier, vers 1624, fit détruire les bâtiments qui s'y trouvaient dont la tour dit de Ramas et fit construire une partie de l'actuel pavillon. En 1821, la famille Ravin-Charcot en devint propriétaire. La porte du Pont fut détruite en 1841 et remplacée par un logis avec belvédère. La maison accueillait alors des hôtes venant prendre les eaux à Vichy. Pour faire de la publicité à sa maison, Mme Ravin-Charcot prétend que c'est ici que la marquise de Sévigné était descendue lors de ses deux séjours à Vichy, en 1676 et 1677, où elle était venue faire soigner ses rhumatismes. Mme Ravin-Charcot a fait apposer un panneau au-dessus de la porte, puis une plaque de marbre rappelant son passage. Elle désigne même la chambre où la marquise aurait dormi. Mais il existe de forts doutes sur ce récit, les historiens penchant plutôt pour un séjour de la marquise à l'auberge de la Croix-Blanche toute proche, où se trouve aujourd'hui l'Ermitage.

En 1905, le pavillon prit le nom d'hôtel de Sévigné, devenant un des établissements de luxe de Vichy. Il reprit son nom d'hôtel de Sévigné quelques années plus tard sous l'impulsion de son nouveau propriétaire, M. Risler. Par la suite Joseph Aletti, propriétaire de plusieurs hôtels de luxe et un des promoteurs de la station thermale, en prit la direction.
Pendant la Première Guerre mondiale, le pavillon de Sévigné fut réquisitionné comme plusieurs autres hôtels de la ville, pour être transformé en hôpital temporaire.
Lors des dix premiers jours de juillet 1940, le pavillon abrita les appartements du président de la République Albert Lebrun avant que celui-ci ne quitte Vichy. Il devint ensuite la résidence privée du maréchal Pétain (il y résida principalement l'été, demeurant à l'hôtel du Parc l'hiver) et le lieu où se tiennent les conseils des ministres du gouvernement de Vichy.
Il redevient un hôtel de luxe jusqu'à sa fermeture en 1995. En 2002, il a été transformé en résidence privée.

           02.08.2017

 

Pour votre séjour dans le département de l'Allier, Auvergne Centre France vous guide dans le choix de votre hébergement...