Hébergements

 • Allier
 • Cantal
 • Haute-Loire
 • Puy-de-Dôme
 • Aires camping-cars

Tourisme

 • Curiosités
 • Espaces
 • Faune
 • Flore
 • Galerie photos
 • Maisons du Parc
 • Milieux naturels
 • Parcs Animaliers
 • Passion pêche
 • Patrimoine
 • Randos pédestres
 • Randos VTT
 • Route des lacs
 • Ski nordique
 • Sports & Loisirs
 • Sports aériens
 • Sports de rivière
 • Thermes
 • Tourisme de santé
 • Villes et villages
 • Villes d'eaux
 • Volcanisme

Patrimoine

 • Art Roman
 • Circuits découvertes
 • Contes et légendes
 • Dates - Personnalités
 • Édifices religieux
 • Musées
 • Route des châteaux
 • Route des moulins

Terroir

 • Produits locaux
 • Recettes
 • Route des métiers
 • Route du miel

Départements

 • Allier
 • Cantal
 • Haute-Loire
 • Puy-de-Dôme
Dossiers
 • Éditoriaux
 • Les dossiers
 • Les Saint Patrons

Organismes

 • Offices de tourisme

Réseaux sociaux

FacebookFacebook

 

Zoom au survol de l'image

La Sainte-Chapelle de Vic-le-Comte (Puy-de-Dôme)

ÉGLISE SAINT-PIERRE
Dite Sainte-Chapelle

94, Place de l'Église
63270 - Vic le Comte
 

Contact04 73 39 91 60

Époques et styles : XVIème, Renaissance - XIXème, Gothique
Confession : Catholique

Zoom au survol des images



 

Vic le ComteL'église Saint-Pierre est connue comme étant la Sainte-Chapelle de Vic-le-Comte. En fait la Sainte-Chapelle n'est que le chœur de l'église paroissiale actuelle. Le chœur est l'ancienne Sainte Chapelle du XVIème siècle dont l'extérieur s'orne d'une corniche d'animaux fantastiques et l'intérieur est surmonté d'une tribune italianisante qui, comme le retable Renaissance, fût peut être commandé par Catherine de Médicis.

HISTORIQUE

L'église fut d'abord la chapelle castrale du château des comtes d'Auvergne, dont Vic-le-Comte était la capitale à partir du XIIIème siècle. En 1505, sur l'ancienne chapelle romane consacrée au lignage des comtes d'Auvergne, Jean Stuart et son épouse Anne de la Tour, comtesse d'Auvergne et de Boulogne, décidèrent de construire une Sainte-Chapelle sur le modèle de la chapelle haute de la Sainte-Chapelle de Paris.

La Sainte-Chapelle est l'ancienne chapelle du château des comtes d'Auvergne dont la construction a été commencée après 1505, date du mariage de Jean Stuart, duc d'Albany et régent d'Écosse, avec Anne de La Tour, comtesse d'Auvergne et de Boulogne, sur l'emplacement d'une chapelle romane. La Sainte-Chapelle reprenait à l'origine le plan de la chapelle haute de la Sainte-Chapelle de Paris avec une nef unique à quatre travées. Elle a été consacrée sous le double vocable de saint Jean-Baptiste et de la Sainte Couronne. Elle a été érigée en collégiale en 1520. Ce monument est un des plus beaux de la Renaissance en Auvergne. La Sainte-Chapelle possède des verrières qui ont été exécutées entre 1520 et 1525. La verrière placée dans l'axe du chevet reprend le thème traité à la même place dans la Sainte-Chapelle de Paris, l'arbre de Jessé. Le vitrail actuel a été entièrement refait au XIXème siècle. Les vitraux du côté nord représentaient des scènes de l'Ancien Testament. Ceux du côté sud traitent des scènes de la Semaine sainte et de la Passion. Un vitrail, aujourd'hui disparu, représentait le couple de fondateurs agenouillés.

Au-dessous des vitraux se trouve une tribune en encorbellement avec des balustres portant les armes d'Auvergne, de Boulogne et de Stuart. Aux retombées des nervures de la voûte ont été placés, comme dans les autres Saintes-Chapelle, une suite de douze apôtres. Ils ont été réalisés en terre cuite, et refaits en partie. Au-dessus du maître-autel, des artistes florentins ont sculpté un retable avec des représentations des Vertus théologales (Foi, Espérance, Charité) et cardinales (Justice, Prudence, Tempérance, Force). Les cœurs d'Anne de La Tour et de Jean Stuart, morts en 1524 et 1536, ont été scellés dans l'autel. La chapelle devint église paroissiale après la Révolution sous le vocable de saint Pierre, en remplacement de l'ancienne église paroissiale Saint-Pierre qui avait été construite à l'époque romane à l'extérieur de l'enceinte et qui a entièrement disparu. La Sainte-Chapelle fut agrandie vers l'ouest en 1840, probablement par l'architecte diocésain Aymon Gilbert Mallay (1805-1883) en lui adjoignant une nef de cinq travées avec collatéraux dans un style reprenant celui du chœur. Des peintre verriers clermontois réalisèrent alors les vitraux de cette partie.

ARCHITECTURE

L’édifice est constitué d’une nef principale à cinq travées, flanquées de deux collatéraux. Le chœur (qui correspond à l’ancienne nef de la Sainte Chapelle) est à quatre travées et se termine par une abside à trois pans. Élévation extérieure : la façade, à pignon, est percée d’un portail à voussures en arc brisé, composé de deux vantaux séparé par un pilier central. Une rosace surplombe le portail, en retrait de celui-ci et surmontée d’une baie géminée en arc brisé. L’ensemble est épaulé par deux contreforts. La nef à cinq travées est épaulée par des contreforts qui sont surmontés de pinacles. Chaque travée bénéficie d’une baie en arc brisée. Le transept dispose de baies de style gothique rayonnant. Les vitraux des trois grandes baies gothiques en arc brisé sont remarquables.
Une tour à escalier est accolée à la façade Nord de l’édifice. La toiture en bâtière couverte d’ardoise (seul édifice de la ville à en être recouvert) est ceinte d’une frise sculptée de personnages de toute sorte. Un clocher à base polygonale sur deux niveaux est situé au-dessus du chœur actuel de l’église.

Élévation intérieure : le vaisseau central à cinq travées est à voûtes à pénétration, renforcées par des arcs doubleaux. De grandes baies en arc brisé rendent la nef très lumineuse. Ce vaisseau central est complété par deux collatéraux, percées de baies en arc brisé à embrasure, et couverts de voûtes d’arêtes. Cet ensemble est un agrandissement de la Sainte Chapelle qui date de 1840. L’ancienne Sainte Chapelle constitue le chœur actuel de l’église Saint-Pierre, composé de quatre travées à voûtes d’ogives rayonnantes. Une coursière encadre l’abside au-dessus de laquelle sont disposées des statues d'apôtres en terre cuite, peut-être dues à l'artiste italien Rustici (Base Mérimée). Le chœur de l’édifice abrite un magnifique retable sculpté en pierre blanche représentant les vertus cardinales et théologales. Les trois grandes baies de style gothique flamboyant sont constituées de vitraux sur lesquels figurent des scènes de l’Ancien et du Nouveau Testament.

INTÉRIEUR

La balustrade qui comporte 19 écus occupés par les armes de Jean Stuart associées à celles des de la Tour d’Auvergne, signifiant de façon ostentatoire l’union de la lignée royale d’Ecosse et celle des descendants de Saint Louis ; douze dais de style gothique abritant les statues des apôtres en terre cuite. Cet ensemble est exécuté à Paris entre 1528 et 1529 par le sculpteur italien Giovanni Fransesco Rustici. Il s’agit d’un florentin, peintre, sculpteur, alchimiste, ami de Léonard de Vinci et de Michel-Ange. En 1528, il devient le sculpteur attitré de François Ier. Un retable de style Renaissance florentine : représentation des vertus cardinales en bas (la Justice, la Tempérance, la Prudence, la Force, cette dernière ayant disparu) et les vertus théologales en haut (la Foi, l’Espérance et la Charité). On sera attentif à la finesse de ces statues (robes finement plissées, bordées d’un riche orfroi, les rubans, les perles, les coiffures, les jambes fléchies…). Tout ce travail est peut-être une œuvre de Jean de Chartres, artiste travaillant pour les Bourbons.
Les vitraux du XVIème siècle : celui de droite illustre le récit de la Passion (24 scènes), celui de gauche les épisodes bibliques de l’Ancien Testament. Au sommet, sont représentés le soleil et la lune. La fenêtre centrale (moderne) figure l’Arbre de Jessé, il fait le lien entre les deux car il montre la généalogie humaine du Christ (XIXème siècle). On remarquera également dans la nef construite au XIXème siècle : Saint Verny avec son plant de vigne, la serpette, le fessou, le bousset et la besace. Il était prié par les vignerons...
Notre-Dame de Vic le Comte dite Notre dame de Consolation, cette statue de 36 cm est installée sur un retable doré, décoré de raisins et de feuilles de vigne, elle date du XVIème siècle. On admirera à l’extérieur la corniche sculptée d’animaux réels et fantastiques, de personnages, de feuillages...

AUDIO GUIDE

DATES ET HORAIRES DES VISITES

En hiver de 8h à 18h et en été de 8h à 19h.



L'ancienne chapelle, actuellement chœur de l'église moderne : classement par liste de 1840 - L'église en totalité : inscription par arrêté du 20 mars 2006.

 

Visite(s) conseillée(s)


• La ville de Vic le Comte
• La Forêt de la Comté
• Le château de Busséol

Mais aussi...

• Le château de La Chaux Montgros

21.06.2019

Pour votre séjour dans le département du Puy-de-Dôme, Auvergne Centre France vous accompagne dans le choix de votre hébergement !...