Hébergements

 • Allier
 • Cantal
 • Haute-Loire
 • Puy-de-Dôme
 • Aires camping-cars

Tourisme

 • Curiosités
 • Espaces
 • Faune
 • Flore
 • Galerie photos
 • Maisons du Parc
 • Milieux naturels
 • Parcs Animaliers
 • Passion pêche
 • Patrimoine
 • Randos pédestres
 • Randos VTT
 • Route des lacs
 • Ski nordique
 • Sports & Loisirs
 • Sports aériens
 • Sports de rivière
 • Thermes
 • Tourisme de santé
 • Villes et villages
 • Villes d'eaux
 • Volcanisme

Patrimoine

 • Art Roman
 • Circuits découvertes
 • Contes et légendes
 • Dates - Personnalités
 • Édifices religieux
 • Musées
 • Route des châteaux
 • Route des moulins

Terroir

 • Produits locaux
 • Recettes
 • Route des métiers
 • Route du miel

Départements

 • Allier
 • Cantal
 • Haute-Loire
 • Puy-de-Dôme
Dossiers
 • Éditoriaux
 • Les dossiers
 • Les Saint Patrons

Organismes

 • Offices de tourisme

Réseaux sociaux

Google plusFacebookFacebook

 

 

Zoom au survol de l'image
 

MENAT
Ville du département du Puy-de-Dôme

Code Postal : 63560 - Population : 570 h. (environ)
Altitudes moyennes : 346 m. - 674 m
Habitants : les Menatois et les Menatoises
Mairie04 73 85 50 29

 

Zoom au survol des images

   

Plongez dans le passé riche et varié de Menat...


L'origine du nom de Menat remonterait au VIème siècle avec les formes latines Manathensis ou Cellula Manatensis, "cellula" dans le sens de "cellule" de moines, en somme d'un petit monastère. On retrouve Menatum dans un document de 1286. Le toponyme viendrait de Mansio "maison" ou du patronyme latin "Maso".

Albert Dauzat et Charles Rostaing hésitent entre un dérivé de "mansio" (mot qui a donné maison en occitan et en français) ou du nom d'homme latin "Maso", l'un ou l'autre assortis du suffixe d'origine gauloise -acum. Mais les attestations du VIème siècle fragilisent à la fois la présence du suffixe, qui n'a pu donner "-at" que bien après cette époque, et celle d'un "-s-" dans le radical.

 

HISTOIRE

Avant la Révolution française

Sous l'Ancien Régime, au moins depuis le XIVème siècle, Menat était un des quinze archiprêtrés du diocèse de Clermont.

Constitution de la commune

À la formation des communes en 1790, Neuf-Église et Menat furent réunies en une seule entité communale appelée Menat. La paroisse de Menat fut incluse dans celle de Neuf-Église bien qu'étant chef-lieu de canton. Progressivement, Menat s'imposa. Mais la mésentente perpétuelle des deux sections communales poussa Neuf-Église à demander son indépendance. Le processus administratif fut long, mais grâce à l'appui d'Henri Lecoq (savant botaniste et géologue et doyen de la faculté des sciences de Clermont-Ferrand, propriétaire et conseiller municipal de la commune) l'affaire aboutit en 1883. C'est son neveu lui aussi appelé Henri Lecoq qui fut le premier maire de Neuf-Église.
Entre les recensements de 1881 et 1886, la commune de Menat perdit 719 habitants à cause de la scission. On peut donc estimer que la section de Neuf-Église représentait environ 35 % de la population communale.

PATRIMOINE CULTUREL

Gisement de fossiles et Musée paléontologique

Peinture murale du XVème siècle. Menat est un site paléontologique unique en Europe qui témoigne de 56 millions d'années de vie végétale et animale, soit bien avant l'apparition de l'homme. De nombreux fossiles ont été découverts extraits des schistes. Un musée dédié a été inauguré en 1980 et aménagé dans l'ancien château abbatial (aujourd'hui mairie). Au premier étage de la mairie, on trouve des peintures murales du XVème siècle, dont un calendrier roman.

PATRIMOINE CIVIL

Le pont de Menat

Pont médiéval en dos d'âne dont l'origine est incertaine. Il est situé sur la rivière de la Sioule, pour moitié sur les communes de Menat et de Saint-Rémy-de-Blot. Il aurait été implanté sur l'ancienne voie romaine d'Augustonemetum à Aquae Nerii. Bâti au XIIème siècle, il était, au Moyen-âge, le seul passage sur la Sioule entre Ébreuil et Châteauneuf les Bains. La rivière était alors une voie de pénétration entre l'Auvergne et le Bourbonnais. La première mention connue de ce pont fut à l'occasion d'un procès entre l'abbé de Menat et le seigneur de Château Rocher en 1344. Le pont est mentionné comme existant depuis plus de 75 ans.

La travée de la rive gauche fut emportée par une crue au XVIIIème siècle et ne fut reconstruite qu'au début du XXème siècle. Grâce à des travaux de consolidation, le pont fut utilisé comme unique moyen de franchissement de la Sioule au niveau de Menat, jusqu'en 1839, date de la construction du nouveau pont. À l'origine, il devait vraisemblablement exister un pont flottant gallo-romain, c'est-à-dire un système de barques en bois mobiles, attachées les unes aux autres.

PATRIMOINE RELIGIEUX

L'église de Menat

Cet édifice fut modifié plusieurs fois au cours des siècles, mais la nef romane,  partie la plus ancienne date du XIIème siècle.

L'Abbaye de Menat

Un monastère existait déjà au VIème siècle, d'après la Vie de saint Avit puisque ce dernier étudia à l'école monastique de Menat. L'abbaye fut restaurée par Ménélée, né en Anjou, qui vint à Menat entre 685 et 690. Aidé de ses compagnons, Savinien et Constance, il releva le monastère détruit au cours des guerres de succession à la mort de Clotaire Ier. Il y imposa la règle de saint Benoît. C'est la raison pour laquelle l'abbaye porte le vocable de "Saint-Ménélée", en souvenir de son fondateur.
En 812, le roi Louis le Pieux rétablit plusieurs monastères du royaume d'Aquitaine, en particulier en Auvergne. Il accorda divers privilèges à celui de Menat comme l'exemption de toute redevance, de tout service militaire.
Le 12 août 1107, le pape Pascal II adressa une bulle à Hugues de Semur, abbé de Cluny qui plaça l'abbaye de Menat sous la dépendance de l'ordre de Cluny. Une confirmation intervint en 1632, lorsque Richelieu décida de soumettre à nouveau l'abbaye de Menat à l'autorité de l'abbaye de Cluny pour y rétablir la discipline.

Pour cette raison, la commune de Menat adhère aujourd'hui à la Fédération des sites clunisiens, association européenne qui s'occupe de la promotion des sites historiques qui dépendaient de l'ordre de Cluny. Au moment de l'extinction des ordres monastiques à la Révolution française, l'abbaye de Menat ne comptait plus que trois religieux. Les bâtiments furent vendus au titre des biens nationaux et trouvèrent différents acquéreurs privés. Une partie du cloître est démolie, une autre est laissée à la disposition de la commune pour servir de presbytère.

PATRIMOINE HISTORIQUE

Château Rocher

Au Moyen Âge, la vallée de la Sioule constituait une voie de pénétration entre l’Auvergne et le Bourbonnais, et de ce fait revêtait une grande importance stratégique. Château rocher fut construit au XIIème siècle par un Seigneur de Bourbon. Il défendait le vieux Pont de Menat, seul passage sur la Sioule entre Châteauneuf et Ebreuil.
Abandonné à la fin de XVIIIème siècle, Château Rocher à subi les caprices du temps. Depuis 1964, l’association Rempart, puis une association locale et maintenant la Communauté de Pays du Canton de Menat s’efforcent de mettre le site en valeur.

Légende de Château Rocher : Aurélia, la prisonnière de Château-Rocher (VIIe siècle) Ménélée, le saint abbé restaurateur de l’abbaye de Menat, avait, selon la légende, une jeune sœur de 18 ans, si belle qu’elle attirait les regards partout où elle se montrait. Aurélia, c’était son nom, était douée des plus rares qualités du coeur et de l’esprit, mais avait, cependant, refusé d’embrasser l’état monastique comme l’aurait souhaité le saint abbé.

GRANDS ESPACES - NATURE

L'arboretum du bois des Brosses

En 1975, le SIVOM du canton de Menat acheta le bois des Brosses, près du village de Piogat, commune de Menat. La forêt est gérée par l'ONF. L'arboretum fut créé en 1978 lors du reboisement du Bois des Brosses, grâce à la volonté des élus locaux et avec l'aide de l'ONF. Il s'agit d'un arboretum forestier dont le boisement fut complété en 1998. Situé à une altitude de 640 m, l'arboretum dépend d'un climat subatlantique.

Le sol est peu profond et filtrant. Les conditions écologiques étant assez pauvres sur le plan de la production, l'arboretum est plutôt réservé à des essences frugales comme les conifères. 27 espèces ont été plantées (19 types de conifères et 8 de feuillus), principalement pour leur qualité de production de bois et d'autres pour leur esthétique.

Le menhir du bois des Brosses

Lors des travaux de reboisement en 1978, cet énorme bloc de "gneiss" d’environ 3 m3 pesant 9 tonnes et mesurant 4,35 m de longueur fut découvert couché. Longtemps pris pour un dolmen, ce n'en qu'en 1911 qu’il fut officiellement reconnu par les archéologues comme étant un menhir renversé (écrits publiés à l’époque dans la Revue d’Auvergne). En 1978, il fut donc décidé de le remettre dans sa position initiale. On peut également affirmer la présence de l’homme sur ce site au paléolithique (âge de la pierre taillée) et au néolithique (âge de la pierre polie). En effet dans un rayon de 1 000 m par rapport au menhir, de nombreuses haches en pierre taillée et en pierre polie ont été découvertes. Enfin pendant les travaux de boisement, les restes d’un ancien four ont été mis à jour avec présence de verre et de morceaux de poterie.

 

■ Visite(s) conseillée(s)


• Château Rocher
• Le Musée de la paléontologie

Mais aussi...

• L'Abbaye cistercienne
• L'arboretum du Bois des Brosses : arboretum "forestier" comportant des espèces de boisement complétées, en1998, par 3 espèces de "parc arboré" (2 séquoias et 1 ginkgo)
• Le pont Roman : il fut, pendant de longues années, le seul passage entre les deux rives de la Sioule

20.04.2018

___

Pour votre séjour dans la région, Auvergne Centre France vous guide dans le choix de votre hébergement...