Hébergements

 • Allier
 • Cantal
 • Haute-Loire
 • Puy-de-Dôme
 • Aires camping-cars

Tourisme

 • Curiosités
 • Espaces
 • Faune
 • Flore
 • Galerie photos
 • Maisons du Parc
 • Milieux naturels
 • Parcs Animaliers
 • Passion pêche
 • Patrimoine
 • Randos pédestres
 • Randos VTT
 • Route des lacs
 • Ski nordique
 • Sports & Loisirs
 • Sports aériens
 • Sports de rivière
 • Thermes
 • Tourisme de santé
 • Villes et villages
 • Villes d'eaux
 • Volcanisme

Patrimoine

 • Art Roman
 • Circuits découvertes
 • Contes et légendes
 • Dates - Personnalités
 • Édifices religieux
 • Musées
 • Route des châteaux
 • Route des moulins

Terroir

 • Produits locaux
 • Recettes
 • Route des métiers
 • Route du miel

Départements

 • Allier
 • Cantal
 • Haute-Loire
 • Puy-de-Dôme
Dossiers
 • Éditoriaux
 • Les dossiers
 • Les Saint Patrons

Organismes

 • Offices de tourisme

Réseaux sociaux Google plusFacebookFacebook

 

Zoom au survol de l'image
 
Basilique Notre-Dame à Orcival (Puy-de-Dôme)

BASILIQUE NOTRE-DAME D'ORCIVAL

63210 - Orcival
(
à 25 km. environ de Clermont-Ferrand)

Ouverte toute l'année
___

De Pâques à Toussaint : 8 h 00 à 19 h 30
De Toussaint à Pâques : 8 h 00 à 18 h 00
Contact :
Téléphone04 73 65 81 49

 
Zoom au survol des images
     

La basilique Notre-Dame d’Orcival, chef-d’œuvre de l’art roman auvergnat

■ La basilique Notre-Dame fait partie des cinq églises romanes de Basse-Auvergne dites "majeures", avec la basilique Notre-Dame-du-Port à Clermont-Ferrand, l'église Saint-Austremoine d'Issoire, l'église de Saint-Nectaire et l'église Notre-Dame de Saint-Saturnin. Les premiers repères historiques concernant Orcival remontent bien avant le XIIème siècle. L’histoire date de 878, avec l’apport de reliques de la Vierge, venues de Pont-l’Abbé. Inévitablement, cette présence engendre un pèlerinage, qui devient de plus en plus important. A l’époque et jusqu’en 1243, les terres appartiennent aux comtes, puis aux Dauphins d’Auvergne. C’est dans ce contexte qu’au XIIème siècle, Orcival accueille un prieuré de la Chaise-Dieu, pour gérer l’administration des terres de l’abbaye. Les comtes d’Auvergne, associés notamment à l’évêque de Clermont, bâtissent alors une église. En 1166, elle est partiellement donnée à l’abbaye de la Chaise-Dieu par le comte Guillaume VII et son vassal Mathieu.

C’est parce que les églises romanes sont orientées, tournées vers la lumière du soleil levant, symbole de Dieu, que Notre-Dame d’Orcival est ainsi encastrée dans le site. Lors de sa construction, pour respecter cette règle, les hommes ont contraint la nature à quelques modifications: entaillement de la montagne à l’ouest, énormes travaux de terrassement à l’est...

A l’est encore, on a même détourné le ruisseau. C’est ainsi que l’église apparaît au creux d’une vallée entre deux autres monuments, naturels ceux-là : les Monts Dôme et les Monts Dore. Vous prendrez peut-être le temps de monter sur les hauteurs environnantes qui dominent l’église. Là, vous découvrirez les petites maisons aux toits de lauze regroupées autour de l’édifice, comme pour mieux se protéger. Après le franchissement du seuil de l'église par la porte Saint-Jean et des nefs rythmées à chaque travée par la douce lumière (provenant des bas-côtés nord et sud), l'accès au transept et au chœur est inondé de soleil.

C'est dans la matinée que l'intérieur de l'édifice exhale toute sa beauté. C'est aussi à ce moment qu'apparaît plus évident le cheminement symbolique et esthétique de l'obscurité jusqu'à la lumière du monde. (on assiste à une réelle progression de la lumière lorsque l’on approche de l’autel). Cette lumière du monde, c’est le Christ, présent dans le sanctuaire. Et l’on comprend alors pourquoi tout était fait pour mettre ce lieu en valeur et en refaire le point ultime.

La statue de Notre-Dame d’ Orcival, au centre du chœur, n’est pas une reproduction. Elle doit sa conservation à la vélocité des quelques moines qui l’ont cachée pendant la Révolution. C’est la seule Vierge romane d’ Auvergne couverte d’un parement d’orfèvrerie que l’on peut encore admirer. Sur ce chapiteau bistorié, on peut lire "Fol Dives", ce qui signifie "Le riche, ce fou!". Cette inscription désigne le héros de la scène montré accroupi, la bourse autour du cou, entouré de deux démons. C'est là le symbole traditionnel en Auvergne de l'avare...

Un guide interprète régional, est à la disposition des individuels et des groupes pour une visite guidée approfondie et passionnée de la basilique Notre-Dame d'Orcival. Il vous fera découvrir son histoire, son architecture, sa nef aux chapiteaux richement décorés, les pentures romanes en fer forgé sur les vantaux des portails, sa crypte inspirée de la souterraine de la cathédrale de Clermont-Ferrand, ainsi que sa tour de clocher...

• HISTOIRE


 

La Basilique Notre-Dame d'Orcival fut édifiée entre 1146 et 1178. Au XIème siècle, une église située à l'est du village accueillait une statue de la Vierge extrêmement vénérée ; une légende prétendait qu'elle avait été sculptée par Saint-Luc. On suppose que la basilique actuelle fut édifiée en raison du succès grandissant d'un pèlerinage. Notre-Dame d'Orcival devint alors le nouveau lieu d'accueil de la célèbre statue, conservée aujourd'hui dans le sanctuaire de l'église et qui est depuis l'objet d'un pèlerinage annuel, le Jeudi de l'Ascension. La basilique fut gravement endommagée par les forts séismes qui secouent la région en 1477 et 1490.

 


Édifice classé au titre des monuments historiques depuis 1840 : elle fait partie de la première liste de monuments historiques français, la liste des monuments historiques de 1840, qui comptait 1 034 monuments.

 

■ Visite(s) conseillée(s) à ou près de la Basilique Notre-Dame d'Orcival


• La ville d'Orcival --► 
• Château de Cordès à Orcival : Manoir des XIIIème et XVème siècles, restauré au XVIIème siècle par le Maréchal d'Allègre. --►

           27.07.2015

 

___