Hébergements

 • Allier
 • Cantal
 • Haute-Loire
 • Puy-de-Dôme
 • Aires camping-cars

Tourisme

 • Curiosités
 • Espaces
 • Faune
 • Flore
 • Galerie photos
 • Maisons du Parc
 • Milieux naturels
 • Parcs Animaliers
 • Passion pêche
 • Patrimoine
 • Randos pédestres
 • Randos VTT
 • Route des lacs
 • Ski nordique
 • Sports & Loisirs
 • Sports aériens
 • Sports de rivière
 • Thermes
 • Tourisme de santé
 • Villes et villages
 • Villes d'eaux
 • Volcanisme

Patrimoine

 • Art Roman
 • Circuits découvertes
 • Contes et légendes
 • Dates - Personnalités
 • Édifices religieux
 • Musées
 • Route des châteaux
 • Route des moulins

Terroir

 • Produits locaux
 • Recettes
 • Route des métiers
 • Route du miel

Départements

 • Allier
 • Cantal
 • Haute-Loire
 • Puy-de-Dôme
Dossiers
 • Éditoriaux
 • Les dossiers
 • Les Saint Patrons

Organismes

 • Offices de tourisme

Réseaux sociaux Google plus Facebook Facebook

 

 Zoom au survol de l'image
 

LE MONT DORE
Ville du département du Puy-de-Dôme

Code Postal : 63240 - Population : 1350 h. (environ)
Altitudes moyennes : 897 m. - 1883 m.
Habitants : les
Montdoriens et les Montdoriennes
Mairie :
04 73 65 20 20

 
Zoom au survol des images

• LA VILLE

Le Centre Ville
Le centre ville du Mont Dore

■ Le Mont-Dore est l’une des plus vieilles stations de sports d’hiver de France. Grâce à ses vallons enneigés et ses bonnes eaux qui soignent les voies respiratoires, elle attire très vite de nombreux Parisiens en mal de neige. Le ski fait son apparition en 1912, bien avant les Alpes, après qu’un curé de Besse eut importé les premières planches d’Allemagne. Mais l’élan est stoppé à l’approche de la Première Guerre mondiale. Les eaux chaudes du Mont-Dore sont connues depuis l'Antiquité pour leurs propriétés curatives. Elles ont favorisé la construction d'un important ensemble thermal gallo-romains, déjà tombé en désuétude à l'époque médiévale. Jusqu'au XVIIIème siècle, le village alors appelé "Bains", restant peu accessible pour les voyageurs attirés par la réputation de ses sources.

Vers 1930, les amateurs retrouvent les pentes montdoriennes et l’enthousiasme des précurseurs n’est pas entaché par les années noires. C’est le cas de deux aviateurs, Costes et Bellonte. Amoureux du site pour l’avoir survolé à plusieurs reprises, ils décident d’investir dans la construction d’un téléphérique qui relierait le bas de la station au sommet du Sancy. Grâce à ces généreux promoteurs, le premier téléphérique du Mont-Dore voit le jour en 1937, inauguré en grande pompe par Léo Lagrange, alors sous-secrétaire d’État aux Sports et Loisirs.

C’est le deuxième téléphérique de France après celui de Chamonix. Depuis, bien d’autres les ont rejoints dans les Alpes, les Pyrénées et le Massif Central, et même au Mont-Dore, puisqu’en 1962, un deuxième téléphérique vient doubler le premier. Aujourd’hui, malheureusement, seul le plus récent fonctionne encore et permet d’atteindre le sommet du massif. Presque le sommet. En effet, entre la gare d’arrivée et le point culminant, le promeneur doit emprunter un long escalier qui le mènera jusqu’à la table d’orientation.

Le Mont Dore, les trésors du Sancy...

A 1050 mètres d'altitude, au cœur de la vallée de la Haute Dordogne et au pied de Sancy, le Mont Dore est certainement la plus montagnarde des stations thermales d'Auvergne.

Les thermes du Mont Dore
Les thermes

Capitale mondiale du traitement de l'asthme, le Mont-Dore doit sa notoriété à la pureté de son air et aux propriétés de ses eaux thermales. Son patrimoine architectural s'enorgueillit de son établissement thermal alliant vestiges de colonnades romaines et style néo-byzantin. Située à une cinquantaine de kilomètres au sud-ouest de Clermont-Ferrand, du haut de ses 1050m d´altitude, la ville du Mont-Dore affirme un caractère auvergnat bien trempé : vert et thermal l’été, enneigé et sportif l’hiver. Ses eaux chaudes connues depuis l'Antiquité pour leurs propriétés curatives ont favorisé la construction d'un important ensemble thermal gallo-romains.  Grâce à l’essor du thermalisme au début du XXème siècle, hôtels, palace, casino et villas donnent au Mont-Dore son cachet actuel. Réputée pour ses eaux thermales et la pureté de son air, elle sait accueillir tous les âges pour des loisirs de plein air ou de neige. Véritable paradis pour les amoureux de la nature, on peut découvrir les grands espaces à pieds, à V.T.T. à cheval, pratiquer l’escalade, le parapente mais aussi la pêche, visiter les nombreuses églises romanes avec leur vierge noire très typique de l’auvergne, faire le circuit des lacs, découvrir la flore et la faune…

L’hiver, le domaine skiable s’élève de 1200 à 1846m et offre 33 pistes et un Snow Park. Le domaine est relié à la station de Super Besse. Le Mont-Dore est l’une des plus vieilles stations de sports d’hiver de France. Grâce à ses vallons enneigés et ses bonnes eaux qui soignent les voies respiratoires, elle attire de très nombreux touristes en mal de neige. Le ski fit son apparition en 1912, bien avant les Alpes, après qu’un curé de Besse eut importé les premières planches d’Allemagne. Mais l’élan fut stoppé à l’approche de la Première Guerre mondiale. Vers 1930, les amateurs retrouvèrent les pentes montdoriennes et l’enthousiasme des précurseurs ne fut pas entaché par les années noires. Ce fut le cas de deux aviateurs, Costes et Bellonte. Amoureux du site pour l’avoir survolé à plusieurs reprises, ils décidèrent d’investir dans la construction d’un téléphérique qui relierait le bas de la station au sommet du Sancy. Grâce à ces généreux promoteurs, le premier téléphérique du Mont-Dore vit le jour en 1937, inauguré en grande pompe par Léo Lagrange, alors sous-secrétaire d’État aux Sports et Loisirs.

C’est le deuxième téléphérique de France après celui de Chamonix. Depuis, bien d’autres les ont rejoints dans les Alpes, les Pyrénées et le Massif Central, et même au Mont-Dore, puisqu’en 1962, un deuxième téléphérique vint doubler le premier. Aujourd’hui, malheureusement, seul le plus récent fonctionne encore et permet d’atteindre le sommet du massif. Presque le sommet. En effet, entre la gare d’arrivée et le point culminant, le promeneur doit emprunter un long escalier qui mène jusqu’à la table d’orientation.

• LES ROMANTIQUES

C’est grâce au chemin de fer que le Mont-Dore accueille des artistes de renom de la Belle Époque. Les chanteurs d’opéra notamment, sont friands de cette eau qui guérit les voies respiratoires, et les écrivains trouvent dans les montagnes une source d’inspiration. L’animation est à son comble dans la ville.
Cafés, spectacles, casino, bruissent de conversations mondaines. Sur le chemin des Artistes ou des Médecins, il n’est pas rare de croiser gentes dames, porteuses d’ombrelles et de grandes robes. George Sand fait partie des adeptes. De cette époque, le Mont-Dore a conservé son esprit de fête et de faste. On le saisit aujourd’hui dans les festivals qui ponctuent l’année, dans les animations organisées lors des vacances scolaires et dans les cafés, notamment au Café de Paris, où il fait bon prendre un apéritif.
En matière d’architecture, même si les bâtiments du Mont-Dore n’ont pas atteint la démesure de ceux de La Bourboule (la cité a dû osciller entre station de sports d’hiver et station thermale), certaines villas art nouveau ou certains hôtels reflètent à merveille l’esprit du XIXème siècle.

C’est à l’intérieur des thermes que le luxe de l’époque apparaît dans toute sa splendeur. Colonnes, fresques, voûtes, succèdent aux vastes escaliers et aux salles lumineuses. Il ne faut pas manquer leur visite, assurée par le Guide Jean-Pierre Chocot, qui vous contera nombre d’anecdotes sur la ville.
La cité du Sancy, riche de son histoire touristique, s’est fait une spécialité dans l’accueil en tout genre. Dans ses murs, dans son âme et dans les activités qu’elle propose, le visiteur n’en partira que comblé...

• RESSOURCES

Sources thermales, gazeuses et radioactives. Pâturages, flore et faune sauvages. Bovins, ovins. Chocolats, sucres d'orge à l'eau minérale. Fromages.  Élevage d'autruches et angoras (visite, vente de produits).

Le Mont Dore, les trésors du Sancy...

A 1050 mètres d'altitude, au cœur de la vallée de la Haute-Dordogne et au pied de Sancy, le Mont Dore est certainement la plus montagnarde des stations thermales d'Auvergne. Les Gaulois, puis les Romains, utilisèrent les célèbres eaux minérales dont l'exploitation ne reprit qu'au XVIIIème siècle.

• A TRAVERS LA VILLE

• Établissement thermal (1817) : style néo-byzantin, charpentes de Gustave Eiffel, galeries, peintures, fresques et vestiges antiques,
• Église Saint Pardoux (émaux et vitraux modernes; crypte : statue Notre-Dame des Malades) --►
• Temple protestant --►
• Taillerie de pierres précieuses du Sancy : taille, polissage et ponçage des pierres, démonstration (D 996 direction la Bourboule) --►
• Espace culturel Joseph Forêt --►
• Fontaine pétrifiante (Fontaine située à mi-chemin entre La Bourboule et le Mont-Dore, elle surplombe le lit de la Dordogne et est ouverte au public) --►
• Atelier d'émaux sur lave (Atelier d'émaillage sur lave, fabrication, démonstration et exposition-vente),

• LOISIRS ET FESTIVITÉS

- festival de jazz hivernal,
- Fête patronale,
- randonnées à ski, ski de descente, ski nocturne; raquettes,
- chasse et pêche,
- planche à voile (lac de Guéry), nautisme, baignades,
- équitation, excursions, VTT,
- bowling,
- parapente, escalade,
- Golf (9 trous).

 

■ Visite(s) conseillée(s) à ou près de la ville du Mont-Dore


• Le funiculaire du Capucin --►
• Les thermes du Mont-Dore --►
• Les aires de repos et de services pour camping-cars du Mont-Dore --►

Mais aussi...

• Le Centre Montagnard Cap Guéry --►
• La Taillerie de pierres précieuses du Sancy : taille, polissage et ponçage des pierres, démonstration,
• Le Chemin de croix de Malespine,
• Le Site du Sancy (SI) et table d'orientation (1885m),
• Les Grottes pétrifiantes (exposition et vente.) ,
• Les Cascades : Rossignolet, Queureuilh, Saut du Loup, Serpent, Plat-à-Barbe, La Dore, La Grande Cascade (30m de haut.),
• L'Église Saint-Pardoux,
• L'Atelier d'émaux sur lave,
• Le Musée Joseph Forêt.

           11.02.2016

 

___