Hébergements

 • Allier
 • Cantal
 • Haute-Loire
 • Puy-de-Dôme
 • Aires camping-cars

Tourisme

 • Curiosités
 • Espaces
 • Faune
 • Flore
 • Galerie photos
 • Maisons du Parc
 • Milieux naturels
 • Parcs Animaliers
 • Passion pêche
 • Patrimoine
 • Randos pédestres
 • Randos VTT
 • Route des lacs
 • Ski nordique
 • Sports & Loisirs
 • Sports aériens
 • Sports de rivière
 • Thermes
 • Tourisme de santé
 • Villes et villages
 • Villes d'eaux
 • Volcanisme

Patrimoine

 • Art Roman
 • Circuits découvertes
 • Contes et légendes
 • Dates - Personnalités
 • Édifices religieux
 • Musées
 • Route des châteaux
 • Route des moulins

Terroir

 • Produits locaux
 • Recettes
 • Route des métiers
 • Route du miel

Départements

 • Allier
 • Cantal
 • Haute-Loire
 • Puy-de-Dôme
Dossiers
 • Éditoriaux
 • Les dossiers
 • Les Saint Patrons

Organismes

 • Offices de tourisme

Réseaux sociaux FacebookFacebook

 

Zoom au survol de l'image

LES SOUTERRAINS

sous la ville de Cusset (03300)

CONTACT
___

Musée de la Tour Prisonnière
Rue des Fossés de la Tour Prisonnière
03300 - Cusset
Contact04 70 96 29 17

Zoom au survol des images

Suivez le guide et descendez dans le XVème siècle...


 

 

A Cusset, on peut visiter des souterrains. Mais, en sont-ils vraiment ? Pour le savoir il nous faut remonter au Moyen-âge. L’imaginaire cussetois leur donne le nom de souterrains mais la réalité historique bouscule cette croyance. Il s’agit en effet des galeries "ras de l’eau" de fortifications construites sous Louis XI. La ville royale de Cusset servait de base aux armées françaises contre la Bourgogne, alors alliées aux Anglais. Que révèlent ces anciennes galeries ? On y accède par la porte de Doyat. Ces galeries moyenâgeuses sont bâties en calcaire de Baraban et basalte gris du Mont Peyroux. De solides matériaux extraits des carrières du Vernet et de la Montagne Bourbonnaise. La force de cette fortification résidait en une combinaison d’obstacles pour l’assaillant : pont-levis, galerie de contre mine, herse, cour anglaise, fossés alimentés par le Sichon…, et, en ses six canonnières dites à la française construites en "X" pour ne pas affaiblir les murs et offrir un meilleur angle de tir. En 1943, la canonnière de la porte de Doyat fut détruite pour percer un étroit passage permettant d’accéder au Cours Tracy. Ces galeries révèlent les traces de glissière de herse, de la dizaine de meurtrières et d’autres canonnières intactes.

On peut imaginer des hommes d’armes en faction près des canons, en train de faire rouler d’énormes barils de poudre par une rampe située près de l’escalier à vis. Mais l’imaginer seulement. Les voûtes ne sont même pas noircies par les torches des soldats. Ces fortifications n’ont jamais servi. Après sept années de travaux royaux qui coûtèrent des milliers d’écus, la Bourgogne revint dans le giron de la France et la paix s’installa. Depuis la fin des années 1990, des galeries souterraines situées aux abords du cœur de ville sont accessibles aux publics. Un bref retour en arrière s’impose. Nous sommes en plein moyen-âge et bien que la cité de Cusset appartienne à la couronne de France (depuis le XIIème siècle), elle est également une place frontière aux confins du Bourbonnais, de l’Auvergne et de la Bourgogne. Face à ses vassaux, Louis XI décida de doter la cité cussetoise d’imposantes murailles. Ces fortifications furent érigées entre 1476 et 1483 par le maître d’œuvres montluçonnais Vauzy de Saint-Martin.

Ce dernier imagina un nouveau prototype de défense pour faire face aux innovations en artillerie. Composé de quatre portes et de quatre tours reliées par des courtines, le tout bordé par un large fossé de plus de 20 mètres, cette imposante construction protégeait la ville en cas d’attaques et était apte à résister. Meurtrières, canonnières, ponts-mobile, herses en métal, passages à contre-mines étaient autant de moyens pour bloquer et repousser les assaillants.

Mais très vite les aléas des alliances politiques et intimes firent perdre le statut de ville frontière à Cusset et les fortifications devinrent inutiles. Elles furent démantelées dès la fin du XVIIème et au cours du XVIIIème siècle et les fossés furent comblés de gravats. Aujourd’hui, les larges cours de la ville rappellent le tracé des fossés défensifs et les fameuses portes de Doyat et de Saint-Antoine, les galeries de défense qui furent ensevelies lors du comblement des fossés. Intrigué, curieux ou juste passionné de découvertes insolites, les entrées des souterrains de Cusset n’attendent plus que les visiteurs.

VISITES

La visite guidée des souterrains de Cusset offre de nombreuses découvertes, la visite des fortifications de Cusset permettent de franchir les quatre portes, le pont levis, les ponts dormants et les cinq tours d’artillerie. Les forteresses sont bâties sur trois étages, la découverte continue à l’intérieur, des objets collectés tels que des outils domestiques, d’artisanat, les écrits du roi Louis XI et d’autres objets de collections qui datent de l’époque préhistorique et gallo-romaines y sont placés...

- Visites guidées des souterrains :
- départ depuis le musée à 14h, 15h, 16h, 17h et 18h.
- (dernier départ uniquement sur les mois de juillet et d’août).

DATES ET HORAIRES DES VISITES

- Du 1er mai au 30 juin : ouvert uniquement les week-ends, jours fériés et ponts de 14h à 18h.
- Du 1er juillet au 31 août : ouvert tous les jours de 14h à 19h.
- Du 1er septembre au 30 septembre : ouvert uniquement les week-ends de 14h à 18h).

TARIFS

Plein tarif : 5€,
Tarif réduit : 4€ (étudiants, moins de de 18 ans et détenteurs du Pass’Allen),
Tarif réduit : 3€ (pour les groupes uniquement à partir de 10 personnes),
Gratuit : moins de 10 ans, scolaires et étudiants de Vichy Communauté et pour les détenteurs du Pass’ Agglo.

 

Visite(s) conseillée(s)


• La ville de Cusset
• Le Musée de la Tour Prisonnière à Cusset

03.07.2019

Pour votre séjour dans la région, Auvergne Centre France vous guide dans le choix de votre hébergement...