Hébergements

 • Allier
 • Cantal
 • Haute-Loire
 • Puy-de-Dôme
 • Aires camping-cars

Tourisme

 • Curiosités
 • Espaces
 • Faune
 • Flore
 • Galerie photos
 • Maisons du Parc
 • Milieux naturels
 • Parcs Animaliers
 • Passion pêche
 • Patrimoine
 • Randos pédestres
 • Randos VTT
 • Route des lacs
 • Ski nordique
 • Sports & Loisirs
 • Sports aériens
 • Sports de rivière
 • Thermes
 • Tourisme de santé
 • Villes et villages
 • Villes d'eaux
 • Volcanisme

Patrimoine

 • Art Roman
 • Circuits découvertes
 • Contes et légendes
 • Dates - Personnalités
 • Édifices religieux
 • Musées
 • Route des châteaux
 • Route des moulins

Terroir

 • Produits locaux
 • Recettes
 • Route des métiers
 • Route du miel

Départements

 • Allier
 • Cantal
 • Haute-Loire
 • Puy-de-Dôme
Dossiers
 • Éditoriaux
 • Les dossiers
 • Les Saint Patrons

Organismes

 • Offices de tourisme

Réseaux sociaux FacebookFacebook

 

Gerbert d'Aurillac

GERBERT D'AURILLAC
938 - 1003

Le Pape Sylvestre II

DATES ET HORAIRES DES VISITES DES FRESQUES
Église Saint-Jean de Dône
15130 ~ Saint-Simon
___

Visites libres et gratuites avec un audio guide à retirer à l'entrée de l'église
Ouvert toute l'année de 8h30 à 18h30
Contact04 71 47 10 10

Des hommes et des dates...


 

 

Gerbert d'Aurillac (naquit 938 en Auvergne et mourut le 12 mai 1003 à Rome), dit le savant Gerbert, pape sous le nom de Sylvestre II de 999 à 1003, il était philosophe, mathématicien et mécanicien. Il favorisa l'introduction et l'essor en Occident de la numération de position, des tables d'opérations et des chiffres dits arabes. Il œuvra à restaurer un empire universel sur les bases de l'Empire Carolingien. Dans ce but, Otton III - dont il fut le précepteur - favorisa son élection au Saint-Siège. Il fut un acteur scientifique et politique majeur du renouveau de l'Occident médiéval de l'an mille. Il fut le premier pape d'origine française. Fils d'un pâtre du voisinage, il fut admis vers l'âge de 12 ans au monastère bénédictin fondé par Saint-Géraud à Aurillac et y étudia les arts libéraux qui comprennent le trivium et le quadrivium sous l'enseignement de l'écolâtre Raymond de Lavaur. En 963, le comte Borrell II de Barcelone se rendit à Rodez pour épouser Leutgarde la fille du comte de Rouergue. Il fit étape à l'abbaye d'Aurillac pour vénérer les reliques de saint Géraud. L'abbé Adralde l'interrogea sur le savoir des abbayes catalanes. Borrell lui confirma l'excellence de ces monastères et l'abbé convainc le comte d'emmener Gerbert, qui était particulièrement brillant, pour y poursuivre sa formation.

En 967, introduit par Borrell, Gerbert fut pris en charge par Hatton, le très érudit évêque de Vich, particulièrement féru de mathématiques. Gerbert poursuivit son instruction dans les abbayes catalanes de Vich et de Ripoll où il put approfondir son savoir en sciences. Il perfectionna sa connaissance de la culture antique à travers Virgile, Porphyre de Tyr, Aristote, Cicéron et surtout Boèce. C'est par les Apices de Boèce qu'il s'initia à l'arithmétique. Il y remarqua la numérotation décimale (sans le zéro) notée en chiffres ghubar (1) dans le Codex Vigilanus (2), datant de 976 et provenant du monastère aragonais d'Albelda (province de Huesca). Ces chiffres étaient utilisés par les nombreux marchands arabes à Barcelone. Libéré de la lourdeur des chiffres romains, il put ainsi aborder les calculs pratiques, et imaginer une table à compter - l’abaque de Gerbert - qui systématisait le principe de la numération de position et le procédé de calcul matriciel de nos quatre opérations et de nos tableurs. Le monastère de Ripoll abritait aussi une école musicale et ses moines recopiaient des hymnaires et antiphonaires en utilisant la notation neumatique. Après trois ans d'étude, en 970, Gerbert accompagna à Rome Hatton de Barcelone et Borrell II qui cherchaient à émanciper l'Église catalane de la tutelle de l'archevêque de Narbonne. Hatton et Borrell obtinrent du pape Jean XIII d’élever Vich au rang de métropole ce qui autonomisait les évêchés catalans et les dégageait de la tutelle de l’archevêché de Narbonne. C'est à cette occasion que Gerbert fut présenté au pape qui, voyant qu’il maîtrisait parfaitement la musique et l’astronomie mal connues en Italie, envoya un légat pour en informer l'empereur Otton Ier. Ce dernier, recherchant des maîtres capables d’encourager un renouveau culturel, apprit ainsi qu’il y avait un jeune homme versé dans les mathématiques et capable de les enseigner. Ayant déjà fait venir Étienne de Novare à Wurzbourg et Gunzo à Saint-Gall puis à Reichenau, l'empereur demanda à voir Gerbert.

Une fois qu'il eut rencontré Gerbert, Otton Ier voulut absolument le conserver dans son entourage, il demanda à Jean XIII de trouver un moyen de le retenir à Rome. Alors qu'Hatton était assassiné à Rome le 22 août 971, Gerbert, ayant perdu son maître, n’avait plus d’intérêt à retourner en Catalogne. Il resta au service de l’empereur et devient le précepteur de son fils Otton II. Pendant cette période Gerbert se lia d’amitié avec le jeune Otton et sa mère l’impératrice Adélaïde, ainsi qu’avec de nombreux membres de la cour. Le 14 avril 972, Otton II épousa Théophane, à Saint-Pierre de Rome. Lors de ces festivités, Gerbert rencontra Garamnus, archidiacre de Reims et dialecticien rémois de renom, venu probablement représenter Adalbéron de Reims et le roi Lothaire à ces noces. Garamnus fort savant en dialectique, discipline que Gerbert voulait travailler. Quant à Garamnus, celui-ci était intéressé par l’enseignement du quadrivium que Gerbert maîtrisait parfaitement. L’empereur, sur le point de repartir pour la Germanie, laissa Gerbert partir pour Reims avec son nouvel ami.

LES FRESQUES GERBERT : au cœur des Monts du Cantal, entre Aurillac et le Puy Mary (Grand Site National)...

Zoom au survol des images

         

A travers une œuvre monumentale de plus de 100 m2, découvrez la vie de Gerbert, ces fresques mettant en scène les 12 grandes périodes de la vie de Gerbert. L'enfant du pays devenu pape. Au cœur des Monts du Cantal, entre Aurillac et le Grand site National du Puy Mary, visitez le village de Saint-Simon et son église. A travers une œuvre monumentale de plus de 100m², découvrez la vie de Gerbert, un enfant du pays, devenu le premier Pape français sous le nom de Sylvestre II, connu comme le Pape de l'An Mil, illustre savant, "faiseur de rois". Ces fresques mettant en scène les 12 grandes périodes de la vie de Gerbert ont été réalisées par le peintre hongrois Gabor Szinte en 2005. Gerbert, devenu pape sous le nom de Sylvestre II, serait originaire des environs d'Aurillac, peut-être de Bellac, village de la commune de Saint Simon. Il partit en Espagne poursuivre ses études qu'il avait commencées à l'abbaye de St Géraud à Aurillac. Il est considéré comme l'un des plus grands hommes de son temps, tant par la science que par l'action qu'il mena. Ce personnage célèbre pour son érudition, né en 938, voyagea beaucoup et eut une influence importante en Europe. C'est lui qui favorisa l'accession au trône de Hugues Capet. Ce "faiseur de rois" devint archevêque de Reims puis de Ravenne et accéda au pontificat en 999 grâce à l'appui de son élève et ami l'empereur germanique Othon III. C'est lui qui, en remettant la "Sainte couronne" au roi de Hongrie Etienne, fut à l'origine de la création de la nation hongroise. Les Hongrois ne l'ont pas oublié puisqu'en 2001 le président de la république de Hongrie s'est rendu en personne à Saint-Simon pour lui rendre hommage. Une plaque commémorative fut inaugurée à cette occasion à Bellac sur le petit monument dédié à sa mémoire érigé en 1938.

Ce jeune moine, d'origine modeste, fut rapidement remarqué par le comte de Barcelone en raison de ses capacités intellectuelles, il prit connaissance de la numérotation indienne dans les abbayes catalanes où il poursuivit son apprentissage. Gerbert monta très rapidement dans la hiérarchie catholique. Il devint pape en 999. Il tenta alors d'introduire les chiffres arabes dans la chrétienté qui se servait toujours, dans ses calculs, des chiffres romains, fort peu pratiques. Mais sa tentative se heurta à la résistance acharnée de la puissante caste des clercs. Les clercs, qui étaient les seuls à manier avec habileté les chiffres romains au travers d'une sorte de boulier, "l'abaque", ne voulurent pas se voir détrônés par l'adoption d'une numérotation plus simple et plus accessible et surtout, un système venant des païens. Les chiffres arabes sentaient le soufre. Gerbert d'Aurillac allait d'ailleurs être accompagné, sa vie durant, d'une odeur diabolique. On l'accusera de devoir sa fulgurante carrière à un pacte satanique. Il fallut même ouvrir sa tombe en 1648, afin de s'assurer qu'elle n'abritait aucun démon. Une statue, en son souvenir, fut inaugurée le 16 octobre 1851 sur la place du Gravier à Aurillac. Elle était l'œuvre de David d'Angers. Suite à la visite du président hongrois des liens se tissèrent entre la Hongrie et la commune de Saint-Simon et se renforcèrent au point de créer un lieu de référence à la mémoire de Gerbert. Ce lieu, c'est l'église de Saint-Simon qui possède déjà une belle collection de statues, où en juin 2005 ont été inaugurées les fresques aux couleurs vives réalisées par le peintre Gabor Szinte, artiste hongrois très célèbre qui dit, de Sylvestre II, qu'il était un précurseur souhaitant déjà arriver à une Europe unie. Ces fresques racontent la vie du jeune pâtre Gerbert jusqu'à son accession au trône pontifical.

LA NAISSANCE

Gerbert est né en Aquitaine, dans un lieu obscur, c'est tout ce que les textes permettent d'affirmer. Jusqu'à Charles-Jean-François Raulhac, premier adjoint au maire d'Aurillac sous la Restauration, et historien local, on le disait natif des montagnes d'Auvergne (Feuille historique pour la province d'Auvergne, 6 juillet 1782), ou, plus précisément, d'Aurillac : "Tout le monde sait que la patrie de ce souverain pontife est Aurillac", écrivait le chanoine Audigier, au début du XVIIIème siècle. Raulhac s'indignait qu'on ait voulu contester à la cité l'honneur d'avoir donné Gerbert à l'Europe savante et chrétienne. Il serait reconnu que ce Pape avait vu le jour à Belliac commune de St-Simon. Légende providentielle dont s'empara l'imaginatif Durif (R. Grand), avec tous les romantiques du XIXème siècle, et que l'érection consécutive de la statue de Silvestre II, en 1851, a largement répandue dans le public et transformée en certitude.

LE SAVANT

On prétend que c'est à Gerbert que nous devons l'introduction en France des chiffres arabes. Il approfondit les mathématiques, l'astronomie et la musique ; composa un tableau de calcul, le fameux abaque; construisit une sphère représentant le monde, pour rendre son enseignement plus vivant. Le "Journal" lui attribuait, en 1734, la découverte des horloges à roue. Il inventa des orgues hydrauliques qu'il destinait à l'abbaye.

L'HUMANISTE... AVANT L'HEURE

Au moine Renaud, il écrivait :"Vous savez avec quelle ardeur je fais venir de tous pays des exemplaires d'ouvrages, vous n'ignorez pas combien j'ai de copistes dans les villes et même dans les campagnes d'Italie". Et à Constantin, écolâtre de Fleury : "Que les opuscules de Cicéron, ses harangues contre Verrès, son traité de la République, vous accompagnent dans ce voyage".

L'HOMME

II cultivait l'amitié, comme Sénèque ou Épicure; il se délectait de la lecture de Boèce. Aux heures de détresse, il tournait toujours sa pensée vers le monastère qui l'avait formé, pour y puiser une force nouvelle. "Je fuyais, dans l'intérêt de Dieu, la ville de Reims, et, en même temps, la volonté de Dieu me plaçait à la tête de cette sainte cité. Mais cet évènement a excité contre moi la jalousie des nations et des peuples ... Ils empruntent contre moi la chicane. J'ai satisfait ... par le talent oratoire et la science interprétative des lois à mes rivaux. Néanmoins la haine qu'ils avaient conçue n'est pas encore éteinte." .
"Venez donc à mon secours, ô mes révérends pères, prêtez aide à votre élève en priant Dieu. La victoire du disciple est la gloire du maître ... Ô passions humaines ! est-ce là le plaisir que vous nous réservez, est-ce là le bonheur que procurent les honneurs du monde ! Croyez-en mon expérience : plus la faveur des rois nous élève, plus leur gloire nous environne d'éclat, et plus, dans notre âme, il pénètre, il s'agite d'angoisses et de cruels tourments".

(1) ghubar
Les chiffres ghubar sont les chiffres dans le graphisme que nous utilisons en Occident aujourd’hui. Notre système de numération, hérité de la numération indienne via la civilisation arabe n’utilise pas le même graphisme dans tous les pays. Nous utilisons des chiffres issus des chiffres arabes occidentaux (Maghreb, Andalousie), alors que dans les pays orientaux on utilise des chiffres dits "hindis" directement issus de la notation indienne
.

(2) Codex Vigilanus
Manuscrit en latin écrit sous le règne d'Alphonse III des Asturies. Rapportant des épisodes de l'histoire de l'Hispanie, elle constitue une des rares sources sur la fin du royaume wisigoth, la conquête musulmane, l'installation de la dynastie omeyyade dans la péninsule et la naissance du royaume des Asturies...

 

VisitesVisite(s) conseillée(s)


• Le Musée d'Art et d'Archéologie à Aurillac
• Le Musée des volcans à Aurillac
 Le Château Saint-Étienne à Aurillac

Mais aussi...

• Le Château de Conros à Arpajon sur Cère
• Le Musée des Sciences
• Le musée du vieil Aurillac : souvenirs de la cité depuis l'époque médiévale, des vestiges de l'église Saint-Géraud, des collections d'art et d'artisanat, ainsi qu'une maquette de la ville en 1812.
• Le musée de cire : il fait revivre, en une quinzaine de tableaux, quelques épisodes et personnalités qui ont marqué l'histoire de la ville.

 

Pour votre séjour en France et partout dans le monde, Auvergne Centre France vous guide dans le choix de votre hébergement...

 

Hébergements à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme)Pour votre séjour en Auvergne,
Auvergne Centre France vous guide dans le choix de votre hébergement...
Hôtels, maisons et chambres d'hôtes, gîtes, résidences, campings.

  Retour  |  Index Dates et personnalités  |  Accueil  |  Haut de page