Réseaux sociaux Google plus Facebook Facebook Facebook

Hébergements

 • Allier
 • Cantal
 • Haute-Loire
 • Puy-de-Dôme
 • Aires camping-cars

Tourisme

 • Curiosités
 • Espaces
 • Faune
 • Flore
 • Galerie photos
 • Maisons du Parc
 • Milieux naturels
 • Parcs Animaliers
 • Passion pêche
 • Patrimoine
 • Randos pédestres
 • Randos VTT
 • Route des lacs
 • Ski nordique
 • Sports & Loisirs
 • Sports aériens
 • Sports de rivière
 • Thermes
 • Tourisme de santé
 • Villes et villages
 • Villes d'eaux
 • Volcanisme

Patrimoine

 • Art Roman
 • Circuits découvertes
 • Contes et légendes
 • Dates - Personnalités
 • Édifices religieux
 • Musées
 • Route des châteaux
 • Route des moulins

Terroir

 • Produits locaux
 • Recettes
 • Route des métiers
 • Route du miel

Départements

 • Allier
 • Cantal
 • Haute-Loire
 • Puy-de-Dôme
Dossiers
 • Éditoriaux
 • Les dossiers
 • Les Saint Patrons

Organismes

 • Offices de tourisme

 

 Zoom au survol de l'image
 

MONTPEYROUX
(Puy-de-Dôme)

Code Postal : 63114 - Population : 370 h. (environ)
Altitudes moyennes : 342 m. - 484 m.
Habitants : les Montepéroutins et les Montepéroutines
Mairie :
Téléphone04 73 96 62 68

 
Zoom au survol des images
         

Plus de mille ans d’histoire pour ce village perché sur son mont, qui brille de sa pierre d’Arkose blonde, noble matériau qui fit sa richesse.
 

• LA VILLE

■ Accroché à une colline, Montpeyroux est un village fortifié qui domine l'Allier à l'Est et l'A75 à l'Ouest. A l'origine "mons petrosus", ce village doit son nom de monts pierreux aux carrières d'arkose toutes proches. ce grés de grande résistance fut largement utilisé dans la région (maisons paysannes, églises,... ), les blocs transitant par le port de Coudes.
Un porche médiéval ouvre sur d'agréables ruelles qui serpentent jusqu'au donjon du XIIIème siècle: édifié sur trois étages, il est couronné d'une plate-forme crénelée de laquelle on jouit d'une vue imprenable. Pendant longtemps, Montpeyroux fut une importante ville viticole, témoins, les demeures anciennes, soigneusement restaurées qui ont conservé leurs caves, évoquant le passé du village qui, aujourd'hui, accueille des artisans (peintres, potiers...). Parallèlement à cette activité, Montpeyroux fut aussi une ville de tailleurs de pierre.

• HISTOIRE

L’enceinte fortifiée de Montpeyroux, dont l'origine demeure mystérieuse fut confiée en fief par Philippe Auguste aux prestigieux seigneurs de la Tour d'Auvergne. Madeleine de la Tour d'Auvergne épousa le fameux Laurent de Médicis et hérita ainsi d'une partie de la baronnie de la Tour en 1518. Leur fille Catherine de Médicis devint seigneur de Montpeyroux ainsi que sa propre fille Marguerite de Valois, plus connue sous le nom de la Reine Margot. Au fil des siècles Le Donjon a été construit sous le règne de Philippe Auguste ou légèrement plus tard, dans la seconde moitié du XIIème siècle. Sa position géographique permettait d’assurer la protection des petits villages alentours en cas d’attaque ennemie, d’incendie, ou de crue de l’Allier.

Celle-ci engendra un habitat adapté aux besoins des vignerons et à la topographie particulière de ce village perché. La maison vigneronne située rue des Pradets est un témoignage rare de ce type d'habitat. La pierre de Montpeyroux, nommée Arkose (famille des grés) a beaucoup servi dans la construction locale dès le début du XIIème siècle. Pendant des siècles, les habitants vécurent de l’exploitation de la carrière d’arkose, cette pierre qui donne aux maisons des reflets dorés et a servi à bâtir certaines églises romanes en Auvergne. Au début du XXème siècle cinq à six carrières étaient encore en activité. Celle située à l'entrée du village fut la dernière exploitée jusqu'en 1935, époque à laquelle elle produisait uniquement des meules de moulin. de la première guerre mondiale font chuter le nombre d'habitants. Quasiment ruiné et abandonné, le village connut une renaissance dans les années 60, à l'instigation de l'architecte Pérol et du préfet Perony : les maisons furent restaurées, artistes et artisans s'installèrent. C’est en 1989, que Montpeyroux obtint le label de "Plus Beaux Villages de France". Aujourd’hui, la municipalité s’attache à développer un tourisme durable, conciliable avec la qualité de vie des habitants. La prospérité viticole a aussi engendré un habitat cossu bâti sur un massif plan carré et couvert d'une toiture à quatre pentes (visible à l'entrée du village).

• VESTIGES HISTORIQUES

Le Donjon

Construit sous le règne de Philippe Auguste, ou légèrement plus tard, dans la seconde moitié du XIIème siècle. Sa position géographique permettait d’assurer la protection des petits villages alentours. Ils étaient avertis en cas d’attaque de l’ennemi, d’incendie ou d’inondation de l’Allier. Du haut de ses 30m. (au faîte des créneaux), le donjon de Montpeyroux était le point central de la forteresse. Aujourd’hui, l’accès au donjon offre une magnifique vue circulaire du haut de la plate-forme. A sa base, son diamètre est de plus de 14m., mais n’est plus que de 13m20 sur sa plate-forme supérieure. De type cylindrique, on sait que ce type de tour a fait son apparition en France dès la fin du XIIème siècle. Le donjon a pu servir de tour abritant temporairement la famille seigneuriale, d’entrepôt à vivres, de tour à signaux et éventuellement de prison.
Il se compose de 3 étages, dont il semble que l’ensemble ait été bâti d’une seule traite : en témoignent les lézardes observées sur divers côtés. Par contre le couronnement du donjon: les créneaux et l’échauguette (ou guérite) datent de la fin des XIIIème et XIVème siècles. La tour est bâtie en moellons de choix, inégaux, et provenant de la même carrière d’Arkose. Sur la façade, on peut distinguer les trous de boulins destinés à recevoir les rondins de support d’échafaudage.
Nombreuses vieilles demeures avec vestiges médiévaux, ruelles pittoresques. Ruines de la tour (XIIIème siècle).

• PATRIMOINE RELIGIEUX

Église romane restaurée (Vierge à l'Enfant XVIème siècle).
La construction de l’église de Montpeyroux fut déclenchée par la constitution de la paroisse en 1832. Edifiée intégralement en arkose à partir de 1846, son architecture imite scrupuleusement l’art des bâtisseurs de l’époque romane et offre de fait un témoignage intéressant sur la redécouverte de ce style au XIXème siècle. Elle reproduit le plan basilical des grandes églises de pèlerinage d’Auvergne et se distingue notamment par l’ampleur de son déambulatoire, qui surprend dans ce modeste sanctuaire rural. La voûte de la nef est supportée par 2 colonnes monolithes dont les chapiteaux, tous différents, auraient été sculptés par les tailleurs de pierre du village.

• RESSOURCES

• Carrières d'arkose,
• Céréales,
• Élevages porcins.

Un vignoble oublié

Au XIXème siècle, le département du Puy-de-Dôme occupait le troisième rang français en terme de production vinicole. Ce siècle marqua l'apogée du vignoble auvergnat, Aubière au sud de Clermont-Ferrand en était la capitale grâce aux 500 hectares de vignes de la commune. A cette époque, les plants de gamay avaient remplacé les anciens cépages. Au début du XXème siècle, le mildiou et la Première Guerre Mondiale ruinèrent le vignoble de la région. Le vignoble actuel ne retrouvera jamais son image d'antan...

• ACTIVITÉS - LOISIRS

Fête patronale (dimanche de Pentecôte). Visite guidée du village médiéval et de l'église. Artisanat. Foire aux antiquités.

 

■ Visite(s) conseillée(s) à ou près de la ville de Montpeyroux


• La ville d'Issoire (13 km.) --► Voir la ville d'Issoire

___