Hébergements

 • Allier
 • Cantal
 • Haute-Loire
 • Puy-de-Dôme
 • Aires camping-cars

Tourisme

 • Curiosités
 • Espaces
 • Faune
 • Flore
 • Galerie photos
 • Maisons du Parc
 • Milieux naturels
 • Parcs Animaliers
 • Passion pêche
 • Patrimoine
 • Randos pédestres
 • Randos VTT
 • Route des lacs
 • Ski nordique
 • Sports & Loisirs
 • Sports aériens
 • Sports de rivière
 • Thermes
 • Tourisme de santé
 • Villes et villages
 • Villes d'eaux
 • Volcanisme

Patrimoine

 • Art Roman
 • Circuits découvertes
 • Contes et légendes
 • Dates - Personnalités
 • Édifices religieux
 • Musées
 • Route des châteaux
 • Route des moulins

Terroir

 • Produits locaux
 • Recettes
 • Route des métiers
 • Route du miel

Départements

 • Allier
 • Cantal
 • Haute-Loire
 • Puy-de-Dôme
Dossiers
 • Éditoriaux
 • Les dossiers
 • Les Saint Patrons

Organismes

 • Offices de tourisme

Réseaux sociaux Google plusFacebookFacebook

 

 Zoom au survol de l'image
 

SAUGUES EN GÉVAUDAN
Ville du département de la Haute-Loire

Code Postal :43170
Population : 2050 h. (env.)
Altitudes moyennes : 661 m. ~ 1483 m.
Les Sauguains et les Sauguaines
Mairie 04 71 77 71 30

Zoom au survol des images
 

• LA VILLE

■ Cette petite ville appréciée des pêcheurs est le siège d'importants marchés. Elle est dominée par un vieux donjon du nom de Tour des Anglais. Le Jeudi Saint, la très ancienne procession des Pénitents se déroule à la tombée de la nuit : entre les Pénitents Blancs , munis de leurs lanternes et des bâtons de leur confrérie, s'avancent, vêtus de rouge, voilés par une cagoule et les pieds nus, d'autres pénitents, porteurs de la croix et de la colonne aux Outrages. Son nom remonte à la guerre de Cent Ans. Le traité de Brétigny (8 mai 1360) mit fin au contrat des mercenaires qui avaient été enrôlés dans les troupes anglaises. Devenus des routiers et surnommés Anglais, ils vécurent de pillages et de brigandages, puis se rendirent bientôt maîtres de la ville. Les troupes royales ne parvinrent pas à les déloger et ce n'est qu'à prix d'or qu'ils quittèrent les lieux. La Tour Carrée, couronnée de mâchicoulis et percée de meurtrières, est un exemple de l'architecture militaire du XIIème siècle.
A l'intérieur on peut voir une exposition sur la forêt et une grande toile sur les champs et les métiers d'autrefois.
 

• PATRIMOINE

L' Église : surmontée d'un clocher octogonal elle abrite une vierge auvergnate du XIIème siècle et une pietà du XVème, ainsi que la châsse de Saint Bénilde. Trois belles croix de procession en orfèvrerie sont exposées dans la chapelle du Trésor.
Diorama de Saint-Bénilde : treize tableaux retracent la vie de Pierre Romançon - 1805/1862. Le frère Bénilde des Écoles chrétiennes, premier instituteur public de Saugues, canonisé en 1967. Il naquit à Thuret. C'est l'école même où il enseigna et dont il fut directeur, qui abrite le diorama.

• HISTOIRE

Ce qui forme le territoire de Saugues faisait partie autrefois du pays de Gabalum, c’est-à-dire du Gévaudan. Les habitants (les Gabales), vivaient dans les forêts qui recouvraient presque toute la contrée. Au temps de César, les Gabales étaient sous la dépendance des Arvernes. Selon la légende, en 50 avant J.-C., Jules César vint camper près de Saint-Chély et ses troupes s’étendirent jusque dans cette contrée. Saugues s’appelait alors "Salgacume". Après la chute de l’empire romain, en 476, le pays de "Salgacum" passa de la domination des Wisigoths à celle des Francs. A sa mort, Clovis légua ce territoire à Clotaire 1er.
Durant cinq ans, de 725 à 730, ce fut l’invasion des Sarrasins et des Maures d’Espagne qui incendièrent tout sur leur passage. D’où, sans doute, l’origine de la rue "des Maures" se trouvant au sud-ouest de Péchamp. La fin de la guerre de Cent ans laissa un climat d’insécurité, les mercenaires se retrouvèrent livrés à eux-mêmes et partout, les gens réparèrent les châteaux, les maisons fortes. Pour se mettre en sécurité, on creusa des fossés et on consolida les fortifications. Au XIVème siècle, plus de 30 châteaux forts étaient dénombrés dans la région. Le pays était fin prêt pour recevoir les mercenaires surnommés alors "Routiers" ou encore "Anglais".

Incendie de Saugues en 1788

Plus de cent familles sans logis rôdaient dans le froid et la neige. Qui aurait pu imaginer le tragique fait divers qui laissa dans les rues de Saugues, petite ville resserrée dans l’étroit de ses remparts, une empreinte douloureuse, ruinant à jamais une population artisanale de tisserands, de chapeliers et de tanneurs. En l’espace de trois heures, plus de cent maisons furent réduites en cendre. Ce fut au cimetière de la Gardette, parmi les morts, que les vivants trouvèrent asile. Une nuit interminable, au milieu des cris d’enfants, des sanglots de femmes et des plaintes de ces pauvres gens que le jour allait retrouver sans abri et sans pain.

• PERSONNALITÉ(s) LIÉE(s) A LA VILLE DE SAUGUES

• Saint Noël Chabanel (1613-1649), missionnaire jésuite assassiné au Canada.
• Joachim Barrande (1799-1883), géologue et père de la paléontologie, né à Saugues.
• Jean-Pierre Despeisse (1772-1809), capitaine au 69ème régiment d'infanterie, chevalier de la Légion d'honneur, né à Saugues, mort à Orense (Galicie). Il participa aux campagnes d'Italie, d'Égypte et de Syrie, d'Allemagne, d'Espagne.
• Abbé François Fabre (1854-1932), prêtre et historien.
• Pierre Nauton (frère Navit-Pierre) (1912-1970), frères des écoles chrétiennes, ethnologue, linguiste, maître de recherches au CNRS (1957), auteur de l’Atlas linguistique et ethnographique du Massif Central.
• Marie-Jean-Pierre Nauton (1895-1981), né à Bugeac, soldat de 1918 à 1919, notamment sur le front d'Orient. Puis agriculteur, poète, chanteur, musicien. Il créa durant ces années un syndicat de battage agricole et milita activement à la Caisse de Mutualité Agricole.
• Robert Sabatier (1923-2012), écrivain français né à Paris. Saugues est le village décrit dans Les Noisettes sauvages.
• Lucien Gires (1937-2002), artiste peintre, sculpteur qui créa le Musée fantastique de la Bête du Gévaudan.
• Joseph Fabre (frère Adrien) (-décédé en 2003), enseignant des frères des écoles chrétiennes, co-inventeur et responsable d'équipe de sondeurs du village médiéval déserté de Montchauvet de 1965 à 1991.
• Joël Vernet (1954-), écrivain, né à Saugues, auteur d'une œuvre poétique importante.
• Bernard Lonjon (1951-), écrivain, auteur de biographies et de l'ouvrage Dictionnaire impertinent du pays de Saugues en Gévaudan, Editions du Roure, 2015..

• LOISIRS

La baignade biologique de Saugues vous accueille dans des conditions optimales : sans chlore ni produits chimiques. L’eau est filtrée de manière biologique, naturelle, dans le respect de l’environnement. Sa plage en herbe et ses 3 bassins feront la joie des petits et des grands ! L’accès depuis les parkings gratuits, aménagés pour les handicapés, se fait par un chemin pédestre autour du plan d’eau.

■ Description

Accès au site : chemin pédestre autour du plan d’eau. Parking gratuit à proximité. Accès aménagés pour les handicapés. 3 douches chauffées par panneaux solaires
• Espace ludique ( 20 m² environ),
• Petit bain : 50 m² (profondeur : de 25 à 30 cm),
• Petit bain : 144 m² (profondeur : de 55 à 60 cm),
• Bain moyen : 218 m² (profondeur : de 1,50 à 1,60 m),
• Grand bain : 295 m² (profondeur : 2 m).

 

■ Visite(s) conseillée(s) à ou près de la ville de Saugues en Gévaudan


• Le château d'Esplantas à Saugues --► 
• Le Musée de la Bête de Gévaudan --► 

Mais aussi...

• La Tour des Anglais --►
• La Collégiale Saint-Médard --►
• La Tour polygonale de la Clauze : perchée sur son socle de granite veille sur le Pays de Saugues depuis le XIVème siècle,
• Le Château d’Esplantas et son donjon : du XIIIème siècle, le Château d’Esplantas et son donjon vous feront revivre à l’époque médiévale,
• Le site archéologique de Montchauvet : à plus de 1.200 mètres d’altitude, le village déserté reste encore une énigme,
• La chapelle romane de Notre Dame d’Estours : elle surplombe les gorges de la Seuge dans un site sauvage et pittoresque. A découvrir Charraix et ses surprenantes "croix de boules" (mariage du métal et de la pierre). La Chapelle troglodytique de Sainte-Madeleine à Monistrol d’Allier.

           25.10.2016

 

___