Hébergements

 • Allier
 • Cantal
 • Haute-Loire
 • Puy-de-Dôme
 • Aires camping-cars

Tourisme

 • Curiosités
 • Espaces
 • Faune
 • Flore
 • Galerie photos
 • Maisons du Parc
 • Milieux naturels
 • Parcs Animaliers
 • Passion pêche
 • Patrimoine
 • Randos pédestres
 • Randos VTT
 • Route des lacs
 • Ski nordique
 • Sports & Loisirs
 • Sports aériens
 • Sports de rivière
 • Thermes
 • Tourisme de santé
 • Villes et villages
 • Villes d'eaux
 • Volcanisme

Patrimoine

 • Art Roman
 • Circuits découvertes
 • Contes et légendes
 • Dates - Personnalités
 • Édifices religieux
 • Musées
 • Route des châteaux
 • Route des moulins

Terroir

 • Produits locaux
 • Recettes
 • Route des métiers
 • Route du miel

Départements

 • Allier
 • Cantal
 • Haute-Loire
 • Puy-de-Dôme
Dossiers
 • Éditoriaux
 • Les dossiers
 • Les Saint Patrons

Organismes

 • Offices de tourisme

Réseaux sociaux Google plus Facebook Facebook

 

 Zoom au survol de l'image
 

SALERS
(Cantal)

Code Postal : 15140 - Population : 450 h. (environ)
Altitudes moyennes : 830 m. - 1207 m.
Habitants : Les
Sagraniers ou les Salersois
Mairie :
Téléphone04 71 20 03 80

 
Zoom au survol des images
     
• LA VILLE

Salers, classée parmis les plus beaux villages de France.


Tyssandier d'Escous
et la Salers
 


■ La vache Salers, avec sa robe rouge et ses cornes en forme de lyre, doit sa renommée actuelle à Tyssandier d'Escous, un agronome du XIXème siècle qui consacra sa vie à l'amélioration des qualités de cette race bovine par des croisements et des sélections.

Grâce à ses travaux, la race Salers a pu atteindre la quasi-perfection, si ce n'est qu'elle produit une quantité de lait légèrement inférieure à certaines autres races laitières et que son veau doit impérativement amorcer la traite, sans quoi elle retient son lait.

Un lait riche en matières grasses et particulièrement "fromageable", ce qui fait que non seulement la race n'a pas disparu des estives, mais qu'elle revient même en force. Une statue de Tyssandier d'Escous se dresse sur la place qui porte son nom au centre de la ville de Salers...

■ Salers est une des villes les plus attirantes de la Haute-Auvergne. A 951 mètres d'altitude sur sa planèze, elle garde intact, de son passé militaire et judiciaire, un ensemble rare de remparts et de vieux hôtels, groupés sur un piton, d'où, l'on domine magnifiquement le confluent de l'Aspre et de la Maronne. A la sortie de Salers, sur la route du pays de Peyrol, s'élève la chapelle N-D de la Lorette.
Salers et le Pays de Salers constituent un espace privilégié pour des séjours de repos et de détente ainsi qu'une pratique plus sportive à travers de nombreux circuits de petites et de grandes randonnées dans la proche montagne, les vallées et les plateaux. La cité cantalienne est classée parmi les "plus beaux villages de France" avec ses immeubles inscrits ou classés monuments historiques. Grâce à son site inscrit et aux nombreuses œuvres d'art contenues dans l'église Saint-Mathieu, elle présente un ensemble exceptionnel essentiellement des XVème et XVIème siècles, époque de l'instauration du Bailliage Royal des Montagnes d'Auvergne. Aujourd'hui, Salers se tourne résolument vers le tourisme avec environ 400.000 visiteurs par an.
 

HISTOIRE

Les armes et la toge (XVème et XVIème siècles)
Le double caractère des constructions de Salers s'explique par l'histoire de la ville. Tout d'abord ouverte, elle subit cruellement les ravages des Anglais et des routiers, et sent le besoin de s'entourer des remparts qu'elle possède encore.
A la fin du XVème siècle, Salers devient chef-lieu de bailliage des Hautes-Montagnes d'Auvergne et c'est alors que les familles de bonne bourgeoisie, d'où sortaient les juges, font élever de charmants logis à tourelles.

De pieuse orgies (XVIIIème siècle)
La grande fête de Salers était la Nativité de la Vierge. A cette occasion, on vendait aux enchères le titre envié du roi de la fête. Un bourgeois glorieux, qui avait remporté cette royauté, imagina de faire couler le vin à flots dans les fontaines publiques : générosité qui fut très appréciée et tourna en coutume. Mais au cours du pèlerinage ainsi compris, rixes, bastonnades, blessés et morts ne se comptaient plus. Il fallut interdire ces largesses, fermer les cabarets et mettre à l'amende les querelleurs : le nombre de pèlerins diminua sensiblement.

PATRIMOINE CIVIL

Les bâtiments publics comme les maisons des Sagraniers sont bâties en pierre volcanique noire, typique de la région. Parmi les lieux remarquables, on peut citer :

- la place Tyssandier-d'Escous, dédiée au rénovateur de la race salers, entourée de maisons Renaissance dans le plus pur style de la Haute-Auvergne, cette place (aussi place de la Mairie) présente en son centre un buste de l'agronome qui succéda à l'ancienne halle à grains qui servait sous l'Ancien Régime pour la mesure des grains avec des niveaux sur chaque pilier.

- la maison dite du Bailliage, ayant été la propriété de la famille Sevestre, portant des traces des meneaux arrachés des fenêtres pour raisons fiscales, elle fut également la propriété de la famille Mossier. Elle porte le nom de bailliage en référence à ses précédents propriétaires qui furent magistrats civils, mais il n'a pas été établi que le bailliage, issu de Crèvecœur à Saint-Martin-Valmeroux, se soit établi de manière permanente dans cette demeure.

- la maison de la famille Chazette de Bargues avec un balcon en pierre de lave du XVème siècle orné de sculptures. Cette maison est la première dans la rue des Nobles.

- la maison du Commandeur de Mossier qui accueille le Musée de l’histoire de Salers et de ses traditions populaires. Belle demeure bourgeoise Renaissance avec sa galerie de style gothique et sculptures symboliques, ses clefs de voûte et culots de retombées d’ogives - Grandes salles, salons et mobiliers provenant en partie de la maison mitoyenne Dolivier (XVIIIème & XIXème siècles) - Cheminées monumentales (XVème siècle) - Pharmacie classée ISMH (1891) - Demeure inscrite à l’ISMH en 1927.

- la maison de la Ronade, dont les fondations datent du XIIIème siècle. Bâtisse de la famille du même nom, elle est aujourd'hui visitable et Philippe Garrigue, un descendant, est l'historien du village.

- la porte du Beffroi et la porte de la Martille qui sont les derniers vestiges de l'ancien rempart médiéval.

- la chapelle dite Lizet qui s'avère être la chapelle de la mission diocésaine devenue depuis maison de retraite, une exposition permanente y est organisée : Salers, regards sur la peinture et la sculpture. Cette chapelle date du XVIIIème siècle, époque à laquelle les procédures foncières ont permis aux missionnaires diocésains de s'établir à Salers.

- le beffroi de Salers, XVème siècle, il domine la rue commerçante du même nom, c'était l'un des quatre points d'accès de la cité.

- l'hospice Lizet, il est dissimulé par le beffroi et abrite un artisan d'émaux. C'est le premier hospice de Salers, fondé par Pierre Lizet, premier président du Parlement de Paris au XVIème siècle.

PATRIMOINE RELIGIEUX

• L'église Saint-Matthieu [Voir --► ] est une reconstruction de la fin du XVème siècle, mais le portail rappelle le reste de l'église romane qui la précédait, néanmoins intégralement restaurée à la fin du XIXe après que la foudre fut tombée dessus. Parmi les ornements, des tapisseries du XVIIème siècle, dont une est le "Serment de Montmartre", acte fondateur de la Compagnie de Jésus par saint Ignace de Loyola, ainsi qu'une Mise au tombeau polychrome datée de 1495, offerte par le père Géraud Vitalis pour la reconstruction et la consécration de l'église.

• La chapelle Notre-Dame-de-Lorette se trouve à l'est, en direction de la montagne, vers Malprangère. Elle date du XIXème siècle, d'un style néo-byzantin particulier, elle fut bâtie sur les restes de la chapeloune voulue par un seigneur de Salers, datant des alentours de 1450 et source d'un pèlerinage local dont les archives attestent de guérisons.

Salers a compté dans son histoire d'autres lieux de culte, aujourd'hui reconvertis ou détruits :

• La chapelle du couvent des religieuses de Notre-Dame, sans doute détruite après-guerre avec l'ensemble conventuel, l'actuelle salle des fêtes est l'unique vestige de l'ensemble.
• La chapelle du couvent des Franciscains Récollets de Barrouze, détruite avec l'ensemble pendant la Terreur.
• Une chapelle est mentionnée dans le château des barons de Salers, qui sera rasée en 1666 avec le corps seigneurial en exécution des Grands Jours d'Auvergne15.
• La chapelle Lizet (l'originale) est située sous la porte du Beffroi, elle est aujourd'hui un magasin de souvenirs et fut le premier Hôtel-Dieu au XVIème siècle, fondé par Pierre Lizet.

AUTRES VISITES

Maison des templiers [Voir --► ] : (XVème siècle), elle abrite une exposition consacrée au folklore et au passé de Salers,
Ancien bailliage [Voir --► ], maison Renaissance à l'angle de la rue du Beffroi ,
Maison de Flojeac - elle possède une tourelle à pans coupés,
Hôtel de ville - pastiche d'une construction précédente du XVème siècle,
Maison de Bargues - par un joli passage voûté en ogive, on atteint la charmante cour d'honneur(XVème siècle) que domine un balcon sculpté,
Esplanade de Barrouze - Très belle vue sur les vallées de la Maronne, du Rat et de l'Aspre,
Maison Bertrandy - elle possède une tour ronde et une très jolie porte.
Fête du fromage et de la vache Salers (le 11 août)
Les burons de Salers : Maison dédiée aux vaches Salers et au fromage du même nom, édifiée sur les ruines d'un ancien buron. (Dégustation et vente de fromages)
Visite guidée de la ville, sur R.V (Tél. 04 71 40 70 68)
Où Manger ?

■ Auberge paysanne : Rue Notre-Dame
■ La Poterne : Rue Notre-Dame
■ Le Drac : Place Tyssandier d'Escous
 

Où Dormir ?

■ Le Bailliage : Rue Notre-Dame
■ Les Remparts : Rue Barrouze
■ Le Beffroi : Rue du Beffroi
■ L'Asphodèle (chambres d'hôtes) : Rue de la Martille

Les environs

■ Le Puy Mary (classé Grand site National)
■ Les Estives (autour de Salers)
■ Ally et le château de la Vigne [Voir --► Cliquer ici...]
■ Escorailles et la maison de la Paille et du Grain
■ Salins et sa cascade (petit sentier de découverte)
 

Adresses utiles

■ Office de Tourisme du Pays de Salers : Place Tyssandier d'Escous
(Tél. 04 71 40 70 68)
■ Mairie : Rue des Templiers (Tél. 04 71 40 72 33)

___

Pour votre séjour dans le département du Cantal, Auvergne Centre France vous accompagne dans le choix de votre hébergement !...