Hébergements

 • Allier
 • Cantal
 • Haute-Loire
 • Puy-de-Dôme
 • Aires camping-cars

Tourisme

 • Curiosités
 • Espaces
 • Faune
 • Flore
 • Galerie photos
 • Maisons du Parc
 • Milieux naturels
 • Parcs Animaliers
 • Passion pêche
 • Patrimoine
 • Randos pédestres
 • Randos VTT
 • Route des lacs
 • Ski nordique
 • Sports & Loisirs
 • Sports aériens
 • Sports de rivière
 • Thermes
 • Tourisme de santé
 • Villes et villages
 • Villes d'eaux
 • Volcanisme

Patrimoine

 • Art Roman
 • Circuits découvertes
 • Contes et légendes
 • Dates - Personnalités
 • Édifices religieux
 • Musées
 • Route des châteaux
 • Route des moulins

Terroir

 • Produits locaux
 • Recettes
 • Route des métiers
 • Route du miel

Départements

 • Allier
 • Cantal
 • Haute-Loire
 • Puy-de-Dôme
Dossiers
 • Éditoriaux
 • Les dossiers
 • Les Saint Patrons

Organismes

 • Offices de tourisme

Réseaux sociaux FacebookFacebook

 

Zoom au survol de l'image
 

NÉRIS LES BAINS
Ville du département de l'Allier

Code Postal : 03310 ~ Population : 2700 h. (environ)
Altitudes moyennes230 m. -411 m.
Habitants : les Nérisiens et les Nérisiennes
MairieTéléphone04 70 03 79 80

 

Zoom au survol des images

     



La station de Néris les Bains se situe au carrefour de quatre régions historiques : le Bourbonnais, l'Auvergne, le Berry et le Limousin.  Située à 350 mètres d'altitude, sur les contreforts du Massif Central, elle bénéficie d'un climat doux et d'un environnement naturel préservé. Vestiges gallo-romains (arènes)... Située à 6 km de Montluçon, Néris-les-Bains est une station thermale et touristique au riche patrimoine architectural et naturel. Dans un écrin de verdure relaxant, la station accueille des visiteurs pour un détour, un séjour culturel, de détente ou d'affaires. Grâce à la source César exploitée depuis l'Antiquité, l'établissement thermal offre aux curistes les vertus de son eau bienfaisante pour ses cures thermales, en rhumatologie, neurologies et affections psychosomatiques ou des courts séjours. Véritable parenthèse de bien-être le SPA Les Nériades accueille tous ceux qui veulent se ressourcer.

Néris-les-Bains, c'est aussi un voyage au fil de plus de 2000 ans d'histoire : antiquité avec les piscines gallo-romaines et les arènes, le moyen-âge avec l'église Saint-Georges et la nécropole mérovingienne, et surtout la Belle Époque avec le casino, le théâtre et les thermes ou les nombreuses villas. Le Pavillon du Lac l'ancienne gare accueille séminaires, congrès, expositions et spectacles et ravit les visiteurs par sa façade art-décorée de grès rose et jaune. Propices à la détente et aux balades, les 17 hectares de parcs aux multiples essences et aux parterres fleuris se dévoilent au fil de la visite. La voie piétonne (ancienne voie ferrée), le lac ou les nombreux sentiers de randonnée balisés offrent également une variété de paysages à découvrir. Un large choix de visites guidées est proposé pour apprécier toutes ces richesses : visite de la ville ou du théâtre. La Maison du Patrimoine, musée gallo-romain (labellisé musée de France) présente une vaste collection d'objets retrouvés lors des différentes campagnes de fouilles archéologiques. Les activités et les animations rythment également la saison thermale d'avril à novembre : concerts, théâtre, conférences, évènements sportifs, le casino et les jeux.
Pour les gourmands, la brioche aux pralines, la pompe aux grattons, le pâté aux pommes de terre typiquement Bourbonnais ou les fromages régionaux sont proposés sur le marché Place de la République chaque jeudi et dimanche matin.

HISTOIRE

Aux temps protohistoriques, un oppidum, Neriomagus, fut édifié sur le site de Néris-les-Bains dans le vallon des Eaux-Chaudes ou des Chaudes, où les pèlerins venaient honorer le dieu Nérius dans le bouillonnement des eaux chaudes qui jaillissaient de la source.

Moyen-âge...

Saint-Patrocle évangélise Néris au VIème siècle et y construit une église et un couvent. L'église romane actuelle date du XIème ou XIIème siècle. Elle est construite au même endroit que la basilique primitive du VIème siècle, elle-même érigée sur les ruines d'un monument romain. Le roi carolingien Pépin Ier d’Aquitaine, petit-fils de Charlemagne, séjourna à Néris en 835 et 838. Sous le règne du seigneur Archambaud III de Bourbon dit le Jeune (ou du Montet), Néris fut incorporée à la seigneurie de Bourbon (qui deviendra le Bourbonnais) dans la première moitié du XIème siècle.

La cité gallo-romaine...

Dès le Ier siècle, Néris fut bâtie à la mode romaine. Au carrefour des voies reliant Bourges à Clermont et Nevers à Limoges, la bourgade campagnarde s'urbanisa. Les divinités chtoniennes 1 des sources furent domestiquées pour les besoins du thermalisme dont l'importance est soulignée dans le nom latinisé, Aquae Nerii ("les eaux de Nérius"). À la fin du premier siècle apparurent les maisons en dur. Cet effort d'urbanisation coïncidait avec la présence à Néris de la huitième légion, attestée par la découverte d'estampilles sur les tuiles, et qui contribua largement au développement de la cité.
Au IIème siècle, Lucius Julius Equester, prêtre de Rome et d'Auguste, duumvir 2 de Bourges, fit entourer les thermes de portiques qu'il dédia à l'Empereur et à Nérius. Un second ensemble de thermes allait être aménagé au siècle suivant avec deux piscines rectangulaires entourant une piscine circulaire. Le théâtre amphithéâtre fut construit à proximité. Deux aqueducs amènent à Néris l'eau froide après des parcours de 10 et 37 kilomètres et les quartiers d'habitation occupent plus de 200 hectares sur les plateaux qui entourent le vallon thermal. Les IIème et IIIème siècles marquèrent l'apogée de la prospérité d'Aquae Nerii; les Grandes Invasions y mirent un terme brutal.

De l'époque mérovingienne au XIXème siècle...

La basilique romaine fut reconvertie en église lorsqu'à l'époque mérovingienne, Saint Patrocle, ordonné par l'archevêque de Bourges, vint évangéliser la région. Il fonda l'abbaye de Colombier où il fut enterré en 576. De ville thermale, Néris devint une ville religieuse, siège d'un archidiaconé, le Narzène.
Soixante-cinq sarcophages de l'époque mérovingienne, creusés dans des matériaux romains, furent extraits en 1966 d'une zone fouillée autour du sanctuaire; ils témoignent de l'importance du sanctuaire.
Au Moyen âge, l'église dépendait du prieuré d'Évaux. Près de son extrémité nord-ouest, au XIème ou XIIème siècle, on édifia un château, qui tomba en ruine au XVIème siècle. A la Renaissance, l'activité thermale  reprit le pas sur l'activité religieuse : Rabelais mentionna les bains, et une gravure datée de 1569 évoque les baigneurs des deux sexes qui se livrent à de joyeux divertissements placés malicieusement sous l'égide de Cupidon.

Un second renouveau thermal s'amorça au XIXème siècle. L'établissement thermal, les grands hôtels, le  casino et le théâtre furent alors construits; les parcs et les promenades furent aménagés. Chateaubriand, Lamartine, l'Impératrice vinrent à Néris en visite ou en cure. Les eaux de Néris, essentiellement sédatives, sont réputées avoir un effet thérapeutique pour les maladies du système nerveux, les névroses, les affections rhumatismales et les troubles gynécologiques. Le XIXème siècle fut aussi une époque de fouilles intenses. On redécouvre les fondations des thermes antiques, trois salles successives flanquées de deux ailes symétriques précédées de piscines, les villas, les aqueducs, l'amphithéâtre. Le musée municipal est ouvert en 1881.

Époque contemporaine...

Le nouvel âge d'or de Néris commença quand la dauphine, duchesse d'Angoulême, posa la première pierre du nouvel établissement thermal. Les hôtels, le casino (inauguré en 1898) et le théâtre furent construits. Parmi les curistes célèbres, on trouve Chateaubriand, Musset, Lamartine, l'impératrice Eugénie…
À cette époque, l'on commença aussi des fouilles archéologiques qui permirent de découvrir l'infrastructure de l'Aquae Nerii romaine. Au début du siècle, une intéressante controverse juridique opposant le maire de Néris et le préfet de l'Allier donna lieu à un arrêt du Conseil d’État clarifiant les liens hiérarchiques entre différentes autorités de police administrative. Le préfet avait en effet signé un arrêté le 8 août 1893 interdisant les jeux d'argent dans tous les lieux publics du département de l'Allier. Le 24 mai 1901, le maire de la ville prit un second arrêté, plus rigoureux interdisant de manière absolue tous les jeux d'argent et de hasard. Le préfet prononça l'annulation de l'arrêté municipal en soulignant son illégalité au vu de l'arrêté préfectoral, qui ne réservait un pouvoir d'intervention qu'à l'autorité supérieure, en l'espèce le Ministre de l'Intérieur. La question était donc de savoir si l'intervention administrative d'un échelon hiérarchique supérieur (le préfet) entrainait le dessaisissement de l'autorité inférieure (le maire). Le conseil d’État régla la question par son arrêt du 18 avril 1902 (Commune de Néris les Bains) en donnant tort au préfet : il souligna que les pouvoirs municipaux de police administrative étaient mis en œuvre sous la surveillance et non sous l'autorité du préfet, et qu'il était loisible au maire de prendre de nouvelles dispositions, sous réserve que celles-ci aggravent la règle établie par l'autorité supérieure et soient justifiées par des motifs propres à la localité.

Néris devint "ville-hôpital" lors de la Première Guerre mondiale ; on y soignait les blessés de guerre. À la fin de la guerre, les thermes furent à nouveau florissants. En 1930, la ligne de chemin de fer de Montluçon à Gouttières via Néris entra en service, avec la construction de la gare de Néris-les-Bains, aux pierres de grès rose et au toit multicolore, œuvre de Louis Brachet. La bourgeoisie et les milieux politiques fréquentaient les thermes : la famille Poincaré, Léon Blum…
La Seconde Guerre mondiale ainsi que les avancées sociales qui la précédèrent (sécurité sociale et congés payés) donnèrent à la ville un nouveau visage et une nouvelle clientèle. Les thermes se modernisèrent et la ville se dota d'un golf, d'un musée archéologique et d'une piscine. Elle s'ouvrit de plus en plus au tourisme de santé et mit en valeur son patrimoine. Le succès du casino et des thermes de Néris lui permirent d'investir : création d'une salle socioculturelle près de la gare, d'un gymnase...

PATRIMOINE CIVIL ET RELIGIEUX

• Église Saint-Georges
• Nécropole mérovingienne sous les pyramides (place de l'Église).
• Piscine romaine.
• Gare de Néris-les-Bains, devenue Le Pavillon du Lac (classée monument historique depuis 19757).
• Musée de la civilisation gallo-romaine, installé dans la Maison du Patrimoine, maison du XVème siècle. Exposition d'objets antiques découverts sur le site : fragments d'architecture, inscriptions latines, statuettes, céramique gallo-romaine, verrerie, bronzes, etc...
• Monument aux morts de la Grande Guerre, sculpté par Raymonde Martin, née et morte à Marseille (1887-1977). Les deux bas-reliefs de marbre ont pour titre "L'Hommage et La Douleur".

ACTIVITÉS CULTURELLES

Nombreuses animations tout au long de la saison : ateliers de création, bals, concerts, cinéma, pièces de théâtre, conférences...
Fêtes et festivals : Journée Belle Epoque le 14 juillet, grand concert de variétés autour du 15 août, marchés et journées à thèmes...
Découverte du patrimoine de Néris-les-Bains : visite guidées de la ville, du théâtre à l’italienne et des thermes. A noter que la ville de Néris-les-Bains abrite une Maison du Patrimoine (collection gallo-romaine).

ACTIVITÉS SPORTIVES - LOISIRS

• Activités diverses : initiation à la danse country, excursions en autocar, cours de yoga, randonnées accompagnées...
• Activités sportives : piscine couverte, tennis, pêche, pétanque, golf 18 trous, mini-golf, équitation...
• Manifestations sportives : tournoi de tennis sur terre battue, endurance équestre, courses pédestre et cycliste...
• Nature : parcours de l’arbre dans les différents parcs de Néris-les-Bains, nombreux circuits de randonnée pédestre et VTT...
• Casino : jeux, thés dansants et soirées dansantes, soirées à thèmes.

 

■ Visite(s) conseillée(s)


• Les Thermes de Néris les BainsVoir les Thermes de Néris les Bains (Allier)
• La Maison du PatrimoineVoir la Maison du Patrimoine à Néris Les Bains (Allier)

Mais aussi...

• Cathédrale Notre-Dame - Place des Vosges,
• L'ancienne gare - Centre Ville,
• Château de Perassier - le Bourg,
• Château du Cerclier - Cerclier,
• Église Saint Georges - Centre Ville,
• La Source de Néris les Bains - 6, Place des Thermes,
• Le parc des arènes qui occupe l'emplacement de l'amphithéâtre, dont subsistent quelques ruines...

 

(1) les divinités grecques chthoniennes (ou telluriques) sont des divinités anciennes ayant contribué à la formation du Panthéon grec. Elles sont dites "chthoniennes" parce qu'elles se réfèrent à la terre, au monde souterrain ou aux Enfers, par opposition aux divinités célestes, dites "ouraniennes" ou "éoliennes"... (retour)
(2) un duumvir était, dans la période romaine antique, un magistrat d'un collège de deux membres, institué pour exercer conjointement certaines fonctions spéciales, le plus souvent temporaires. (retour)

22.10.2019

Pour votre séjour dans le département de l'Allier, Auvergne Centre France vous guide dans le choix de votre hébergement...