Hébergements

 • Allier
 • Cantal
 • Haute-Loire
 • Puy-de-Dôme
 • Aires camping-cars

Tourisme

 • Curiosités
 • Espaces
 • Faune
 • Flore
 • Galerie photos
 • Maisons du Parc
 • Milieux naturels
 • Parcs Animaliers
 • Passion pêche
 • Patrimoine
 • Randos pédestres
 • Randos VTT
 • Route des lacs
 • Ski nordique
 • Sports & Loisirs
 • Sports aériens
 • Sports de rivière
 • Thermes
 • Tourisme de santé
 • Villes et villages
 • Villes d'eaux
 • Volcanisme

Patrimoine

 • Art Roman
 • Circuits découvertes
 • Contes et légendes
 • Dates - Personnalités
 • Édifices religieux
 • Musées
 • Route des châteaux
 • Route des moulins

Terroir

 • Produits locaux
 • Recettes
 • Route des métiers
 • Route du miel

Départements

 • Allier
 • Cantal
 • Haute-Loire
 • Puy-de-Dôme
Dossiers
 • Éditoriaux
 • Les dossiers
 • Les Saint Patrons

Organismes

 • Offices de tourisme

Réseaux sociaux

Google plusFacebookFacebook

 

Zoom au survol de l'image

CHÂTEAU DE PIONSAT
(Puy-de-Dôme)

XIVème à XVIIème siècles

63330 - Pionsat
 

Dates et heures des visites
___

Du 13 juillet au 30 août, de 14h à 19h.
Sur réservation, hors saison et pour les groupes.
Visite payante
Les Amis du Château de Pionsat
04 73 85 68 69

 

Zoom au survol des images

         

De la période révolutionnaire jusqu’au XXème siècle, les destins du territoire de Pionsat et de son château vont se séparer pour se recroiser au XXème siècle.

Le château de Pionsat fut construit à la fin du XIVème siècle. Il appartenait à deux grandes maisons de France, les Chazeron et les Chabannes. La construction du premier château de Pionsat remonte à la fin du XIVème siècle, au cœur de la guerre de Cent Ans. En 1482, Jacques de Chazon achète la terre de Pionsat et embellit le château. Ses descendants, François et André de Chazeron eurent des projets grandioses : le château Renaissance était prévu pour être très vaste et sa construction si elle avait été menée à terme aurait vraisemblablement fait disparaître la forteresse médiévale. Commencée en 1550, sa construction s'arrêta en 1610. C'est un édifice inachevé que Charlotte de Chazeron transmit à la famille Chabanne par son mariage.

Les éléments les plus anciens du château actuel datent de la deuxième moitié du XIVème siècle, au cœur de la Guerre de Cent Ans. De la construction primitive à quatre tours, il ne subsiste qu'une partie du corps de logis et la tour sud-est. L'architecture de cette aile, bien que trahissant par certains détails des influences florentines, est bien représentative de la Renaissance Française, avec l'utilisation de larges panneaux de briques rouges.

L’histoire du château est présentée sous forme d’un diaporama. Du mobilier est exposé, ainsi que des objets anciens de la vie quotidienne. En plus de la visite du château, une exposition permanente sur le patrimoine de Pionsat est présentée. Deux festivals de musique sont à l’initiative des amis du château de Pionsat : les Chemins de la musique qui se tient dans les églises des villages alentour. Les fêtes musicales du château de Pionsat se tiennent dans le château ou dans l’église de Pionsat.

HISTOIRE

Le château est vraisemblablement l'œuvre de Guy Aubert , appliquant l'édit de Charles V de 1367 sur la fortification du royaume, afin de renforcer la défense de l’Auvergne face aux incursions Anglaises. Au cours des siècles, le château prit la forme d’une enceinte avec plusieurs tours (peut-être cinq) et donjon selon un schéma assez élaboré dont il reste encore des vestiges notamment une partie du corps de logis et une tour.

Depuis l’année 1482, et l’achat par Jacques de Chazeron, premier maître d’hôtel du roi Louis XIII, du fief de Pionsat où il fit bâtir une tour carrée à porte gothique dans la cour. La renaissance apporta un vent de renouveau exceptionnel pour l’édifice. Vers 1540 /1542, François de Chazeron, fils de Jacques et conseiller du roi François 1er, commença à embellir le château, mettant bas une partie des constructions défensives devenues caduques et construisant le château néo-classique avec un pavillon et deux ailes en équerre. Puis en 1581, Antoine de Chazeron continua les travaux ainsi que ses descendants, Gilbert et Charlotte de Chazeron. Cependant, le projet familial qui aurait sans doute conduit à la disparition complète de la forteresse médiévale s’arrêta vers 1610. C’est donc un édifice à la mutation inachevée que Charlotte de Chazeron transmit à la famille de Chabannes par son mariage avec Jacques de Chabannes.

La période révolutionnaire marqua un tournant dans le développement et le rayonnement de l’édifice. En 1789, Louise-Olive-Elisabeth-Bernard de Coubert ,  qui choisit de pas émigrer comme beaucoup de nobles de l’époque, conserva la propriété de l’édifice, mais du fait de la suppression des droits féodaux, perdit une partie des recettes qui lui permettaient de subvenir à l’entretien du Château comme par le passé. Par nécessité, elle fut contrainte de vendre le château en 1792 avec ses dépendances. Cet épisode marqua le début de son démantèlement par des ventes successives. Le XIXème siècle fut une période douloureuse pour l’édifice dont les bâtiments situés à l’est furent détruits et remplacés dans le style de l’époque et sans recherche d’une harmonie avec les parties les plus anciennes.

En 1879, Gustave Alexis Farin devint propriétaire de la partie renaissance du château et le lègue en 1911 à la commune pour y installer la Mairie et la Justice de Paix. Le caractère singulier et exceptionnel du château fit l’objet d’une reconnaissance officielle comme Monument historique par arrêté du 8 juin 1920. La partie médiévale bien qu’appartenant à des propriétaires privés fit l’objet d’une inscription le 15 mars 1962 à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques. Pendant les années qui suivent, la partie publique du château connut différentes utilisations sans affectation définitive ni même de mise en valeur. Ce n’est qu’à partir des années 1970, que la municipalité avec l’appui d’un groupe de pionsatois rassemblés au sein des Amis du Château de Pionsat, prit réellement conscience du potentiel de l’édifice pour le développement de la commune.

Cette période marqua le début des efforts de rénovation, d’information historique et d’animation pour la mise en valeur. La municipalité effectua alors des aménagements intérieurs permettant l’accueil du public et la tenue de manifestations. Les Amis du château organisent avec d’autres associations l’animation des lieux. Les amis du château sont alors très investis dans les visites de l’édifice, les expositions et diverses festivités dont les très renommées Fêtes musicales du Château de Pionsat  qui connaîtront une forme de consécration pour l’édition du XXXème anniversaire en 2005 en obtenant le haut-patronage du ministère de la Culture. À partir des années 1990 la partie médiévale, à l’abandon, fut rachetée par la famille Pérol-Charles qui entreprit une remarquable remise en état des toitures et des intérieurs. Cet engouement et ces efforts obtinrent une reconnaissance au début des années 2000 avec l’inscription du Château sur la route des châteaux d’Auvergne. Le XXIème siècle apporta un nouvel élan et une nouvelle ambition au château avec le lancement par la municipalité, soutenue par l’État, la Région Auvergne et le Conseil général du Puy-de-Dôme d’un vaste projet de rénovation des toitures, des combles et de l’escalier à vis, et l’affirmation d’une volonté de faire de ce château un haut lieu du tourisme et de la culture en Combrailles et dans le département...

Seigneur De Pionsat et neveu du pape Innocent VI.

Louise-Olive-Elisabeth-Bernard de Coubert, veuve de Jean-Baptiste de Chabannes mort sans héritier.


ÉQUIPEMENTS & SERVICES

• Salle de projection,
• boutique,
• Parking autocar,
• Sanitaires.

LANGUE(s) PARLÉE(s)

 

Visite(s) conseillée(s) à ou près de la ville de Pionsat


• La ville de Saint-Gervais d'Auvergne (15km.) --► 

Mais aussi...

• La Maison dite "Maison Pradon" (XVIIème et XVIIIème siècles) : 17, Grand Rue à Pionsat
• Les Écoles de Pionsat

Le collège de Pionsat fut fondé le 27 octobre 1581 par Antoine de Chazeron pour remercier Dieu d’avoir préservé sa famille et les habitants de Pionsat du fléau des guerres civiles de religion. On y enseignait alors gratuitement les bonnes lettres et sciences bien qu’il fut d'abord destiné à entretenir la jeunesse à servir Dieu selon ladite religion catholique apostolique et romaine jusqu’à son démantèlement sous la révolution. Il devint école communale vers 1830 et accueille aujourd'hui le collège mixte.
Le 14 janvier 2014, le collège de Pionsat fut baptisé “Collège Nestor Perret” en l’honneur d’un résistant clermontois tué par la Gestapo en 1943 et d’un célèbre maquis des Combrailles qui avait repris son nom et se cachait dans les Grands bois de Pionsat.
La construction de l’École de filles de Pionsat, devenue école primaire, est beaucoup plus récente et date de 1907. Elle fut construite dans le plus parfait style des écoles publiques dont la IIIème République couvrait le territoire national au début du XXème siècle.

02.11.2017

 

___