Hébergements

 • Allier
 • Cantal
 • Haute-Loire
 • Puy-de-Dôme
 • Aires camping-cars

Tourisme

 • Curiosités
 • Espaces
 • Faune
 • Flore
 • Galerie photos
 • Maisons du Parc
 • Milieux naturels
 • Parcs Animaliers
 • Passion pêche
 • Patrimoine
 • Randos pédestres
 • Randos VTT
 • Route des lacs
 • Ski nordique
 • Sports & Loisirs
 • Sports aériens
 • Sports de rivière
 • Thermes
 • Tourisme de santé
 • Villes et villages
 • Villes d'eaux
 • Volcanisme

Patrimoine

 • Art Roman
 • Circuits découvertes
 • Contes et légendes
 • Dates - Personnalités
 • Édifices religieux
 • Musées
 • Route des châteaux
 • Route des moulins

Terroir

 • Produits locaux
 • Recettes
 • Route des métiers
 • Route du miel

Départements

 • Allier
 • Cantal
 • Haute-Loire
 • Puy-de-Dôme
Dossiers
 • Éditoriaux
 • Les dossiers
 • Les Saint Patrons

Organismes

 • Offices de tourisme

Réseaux sociaux Google plusFacebookFacebook

 

Zoom au survol de l'image

ÉGLISE SAINT-JULIEN
L'art Roman en Auvergne

18, Rue du commerce
63117 - Chauriat
 

DATES ET HORAIRES DES VISITES
___

Confession Catholique
En accès libre tous les jours de 10h. à 18 h.

 

Zoom au survol des images

   

■ La construction de l’église Saint-Julien, de style roman auvergnat, remonte au XIIème siècle. Le transept serait des années 1150 et la réalisation de l’église terminée vers 1201. Les colonnes et les chapiteaux archaïques en faible relief dateraient des années 1050. Le clocher, détruit à la Révolution est remplacé par une tour carrée, la façade ouest est modifiée en 1845. Le clocher fut une nouvelle fois reconstruit fin XIXème siècle..

HISTOIRE

L'église Saint-Julien est une ancienne église prieurale de l'abbaye de Sauxillanges, bâtie au cours du XIIème siècle, qui dépendait de l'ordre Clunisien par sa donation en 1016 (par l'évêque de Clermont, Etienne et son frère Robert, comte d'Auvergne) avec les autres églises de Chauriat au prieuré de Sauxillanges. Elle fut bâtie au cours du XIIème siècle et achevée en 1201.
Elle fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis 1840 et fait partie de la première liste de monuments historiques français, la liste des monuments historiques de 1840, qui comptait 1 034 monuments.

ARCHITECTURE

Cette église fait partie des églises romanes majeures de Basse-Auvergne caractérisées généralement par un clocher octogonal, un massif barlong, un chevet à déambulatoire, des chapelles rayonnantes, des absidioles adossées aux bras du transept ainsi que des décors spécifiques.
Au contraire des cinq églises majeures de type complet (Notre-Dame-du-Port, Issoire, Orcival, Saint-Nectaire et Saint-Saturnin), celle-ci a perdu son chevet roman lors des tremblements de terre du XVème siècle, remplacé par un chevet à trois pans.

Comme la collégiale Saint-Victor et Sainte-Couronne d'Ennezat, elle conserve certaines des caractéristiques principales des églises majeures :
- le massif barlong,
- le clocher octogonal,
- la structure des façades latérales de la nef et du transept,
- la décoration extérieure de mosaïques de pierres volcaniques, de modillons à copeaux, de cordons de billettes,
- la décoration intérieure du transept impliquant des triplets formé de deux arcs en plein cintre entourant un arc en mitre...

Le massif barlong

Le massif barlong (barlong signifiant allongé transversalement) est le massif qui surmonte la croisée du transept et est couronné par le clocher. Le massif barlong auvergnat possède deux toits en appentis. La silhouette caractéristique des églises romanes majeures de Basse-Auvergne est en bonne part due à ce massif barlong qui, dans le type complet, renforce l'élan vertical et l'étagement des volumes.

Le clocher octogonal

Comme toutes les églises majeures, l'église Saint-Julien de Chauriat possède un clocher octogonal dont chaque face est percée de fenêtres géminées. Les fenêtres du dernier étage sont surmontées d'un cordon de billettes. Ce clocher n'est cependant pas d'époque : seules les églises de Saint-Saturnin et Orcival ont conservé leur clocher d'origine. Il fut reconstruit par l'architecte Petitgrand en 1883 en prenant d'ailleurs comme exemple le clocher de Saint-Saturnin.

Les façades latérales de la nef et du transept

La structure des façades latérales de la nef et du transept est semblable à ce que l'on observe sur les églises majeures de type complet : les fenêtres des façades latérales de la nef, bordées d'un cordon de billettes, sont logées sous de grands arcs saillants appelés arcs de raidissement.
Contrairement aux églises majeures de type complet, ces grands arcs ne sont pas surmontés de triplets de baies aveugles. A leur place, on trouve une grande mosaïque de pierres polychromes figurant des rosaces et des motifs géométriques, décoration qui, sur les églises majeures de type complet, n'orne normalement que le chevet. Toutefois, ce décor visible en façade sud fut entièrement réalisé au XIXème lors de sa restauration par Mallay. La façade Nord permet de se rendre compte, grâce à sa conversation sur la travée de la nef la plus à l'Est, que les grands arcs étaient bien, au départ, surmontés par ce triplet d'arc caractéristique des édifices auvergnats.
Les décors similaires ornant le pignon du transept sont également dus aux restaurations.

Intérieur

Le transept présente une décoration typique faite d'un triplet constitué d'une arcature surmontée d'un arc en mitre encadrée de deux arcatures surmontées chacune d'un arc en plein cintre

 

 
Édifice faisant l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis 18401 : il fait partie de la première liste de monuments historiques français, la liste des monuments historiques de 1840, qui comptait 1 034 monuments.

 

Visite(s) conseillée(s) à ou près de la ville de Chauriat


• La ville de Cournon d'Auvergne (8.5km.) 

 

___

Pour votre séjour dans la région, Auvergne Centre France vous guide dans le choix de votre hébergement...