Hébergements

 • Allier
 • Cantal
 • Haute-Loire
 • Puy-de-Dôme
 • Aires camping-cars

Tourisme

 • Curiosités
 • Espaces
 • Faune
 • Flore
 • Galerie photos
 • Maisons du Parc
 • Milieux naturels
 • Parcs Animaliers
 • Passion pêche
 • Patrimoine
 • Randos pédestres
 • Randos VTT
 • Route des lacs
 • Ski nordique
 • Sports & Loisirs
 • Sports aériens
 • Sports de rivière
 • Thermes
 • Tourisme de santé
 • Villes et villages
 • Villes d'eaux
 • Volcanisme

Patrimoine

 • Art Roman
 • Circuits découvertes
 • Contes et légendes
 • Dates - Personnalités
 • Édifices religieux
 • Musées
 • Route des châteaux
 • Route des moulins

Terroir

 • Produits locaux
 • Recettes
 • Route des métiers
 • Route du miel

Départements

 • Allier
 • Cantal
 • Haute-Loire
 • Puy-de-Dôme
Dossiers
 • Éditoriaux
 • Les dossiers
 • Les Saint Patrons

Organismes

 • Offices de tourisme

Réseaux sociaux ►

Google plusFacebookFacebook

 

 

Zoom au survol de l'image
 

ÉGLISE SAINT-SATURNIN
Cusset (Allier)

6, Rue du Censeur
03300 - Cusset
 

DATES ET HORAIRES DES VISITES
___

L'église est ouverte toute l'année de 8h à 19h.
Visite libre avec document
Contact : 04 70 30 95 24

 
Zoom au survol des images
     

■ Cette église de style néogothique fut construite au XIXème siècle, par l'architecte Lassus, sur l'ancien édifice médiéval. Elle présente un imposant chevet et un grand clocher, dont la construction fut possible grâce à la générosité de l'empereur Napoléon III. Au XIème siècle, Cusset, lieu de transit entre le Bourbonnais, l'Auvergne et les provinces du centre, est le siège de nombreuses foires. La population augmente, également attirée par le tribunal du bailliage à la Vierge noire. Au XIIIème siècle, les premières fortifications entourent "la seule ville qui fut domaine royal en l'Allier et la Loire", dixit Philippe le Bel. L'église paroissiale Saint-Saturnin, médiévale, a été reconstruite pour des raisons de vétusté entre 1859 et 1868, sur les plans de l'architecte parisien Jean-Baptiste Lassus (1807-1857) qui opta pour un édifice dans le goût du XIIIème siècle.

L'église est dédiée à Saturnin, évêque de Toulouse, martyrisé dans les années 250-251; accusé de rendre muet l'oracle du temple païen, il fut attaché à un taureau et eut la tête fracassée lorsque l'animal se mit à dévaler l'escalier du Capitole. Il est réputé guérir les hommes du vertige et les moutons de la maladie de tournis.

L'église est exceptionnellement orientée au nord, et non à l'est pour des problèmes de place au sein du tissu urbain. Le plan est basilical, le transept non saillant. La nef à 6 travées est flanquée de bas-côtés. Le chevet à déambulatoire est entouré de deux sacristies, de la tourelle de l'escalier du clocher et de 3 chapelles rayonnantes pentagonales. L'édifice, dont la base est en pierre de Volvic, , est construit en pierre de Gannat et les décorations sculptées en pierre d'Apremont. Le portail de la façade principale est divisé en deux parties. Les linteaux sont gravés d'inscriptions latines rappelant l'histoire de la construction. A l'intérieur, les chapiteaux sont sculptés par Martial Liandrat.

La statue fut trouvée vers le Xème siècle, selon la légende, sur une fontaine de l'abbaye de Cusset. Le culte de Notre-Dame de Cusset fut considérable et les rois de France Louis XI et Philippe le Bel vinrent l'honorer et la couvrir de cadeaux. En 1629, elle stoppa la peste qui ravageait la ville. Mais cela n'empêcha pas la statue d'être détruite à la révolution, et malgré la nouvelle statue refaite à la manière de l'ancienne, son culte, qui fut un des plus grands pèlerinages au moyen-âge, tomba dans l'oubli. (Jacques Bonvin, Vierges noires).

• HISTOIRE

Louis XI devenu roi, fit rebâtir les fortifications de la ville par le maître d'œuvres Vauzy de Saint-Martin, de 1476 à 1483. Avec leurs murs à bossages, leur canonnières à embrasures à la française (en X), elles constituaient le prototype de la fortification moderne, capables de répondre aux attaques des boulets métalliques ; Vauban s'en servit de modèle. Détruites petit à petit à partir du XVIIème siècle, il n'en subsiste qu'une tour (qui abrite le musée) et les souterrains, c'est-à-dire les galeries de rez-de-chaussée des portes qui se sont retrouvées enterrées lors du comblement des fossés.
Une abbaye de religieuses bénédictines fut installée par Eumène, évêque de Nevers. Elle imposait une véritable domination à la cité durant plusieurs siècles tout en contribuant à son développement.

Au XIème siècle, Cusset, lieu de transit entre le Bourbonnais, l'Auvergne et les provinces du centre, fut le siège de nombreuses foires. La population augmenta, également attirée par le tribunal du bailliage à la Vierge noire. Au XIIIème siècle, les premières fortifications entouraient "la seule ville qui fut domaine royal en l'Allier et la Loire", dixit Philippe le Bel.

L'église paroissiale Saint-Saturnin, médiévale, fut reconstruite pour des raisons de vétusté entre 1859 et 1868, sur les plans de l'architecte parisien Jean-Baptiste Lassus (1807-1857) qui opta pour un édifice dans le goût du XIIIème siècle. L'église fut dédiée à Saturnin, évêque de Toulouse, martyrisé dans les années 250-251 ; accusé de rendre muet l'oracle du temple païen, il fut attaché à un taureau et eut la tête fracassée lorsque l'animal se mit à dévaler l'escalier du Capitole. Il était réputé guérir les hommes du vertige et les moutons de la maladie de tournis.

La vierge noire

La statue actuelle est une copie de substitution. On possède encore les mains de l'ancienne statue, dans le trésor de l'église. Elles sont datées du Xème siècle et sont ornées de bracelets de vermeil sur lesquels sont fixés des godets contenant une calcédoine pour la main gauche et pour la main droite deux cornalines, intailles romaines représentant Athéna-Minerve et un bouquet avec un gouvernail. La statue fut trouvée vers le Xème siècle, selon la légende, sur une fontaine de l'abbaye de Cusset.

Le culte de Notre-Dame de Cusset fut considérable et les rois de France Louis XI et Philippe le Bel vinrent l'honorer et la couvrir de cadeaux. En 1629, elle stoppa la peste qui ravageait la ville. Mais cela n'empêcha pas la statue d'être détruite à la révolution, et malgré la nouvelle statue refaite à la manière de l'ancienne, son culte, qui fut un des plus grands pèlerinages au moyen-âge, tomba dans l'oubli....

ARCHITECTURE

Lassus, passionné par l'art du XIIIème siècle, conçut un vaste édifice néo-gothique, aux arcs brisés, couvert d'une voûte d'ogives. Les sculptures de la façade, et en particulier les têtes de feuille, ne sont pas sans rappeler les dessins de l'album réalisé au XIIIème siècle par Villard de Honnecourt, que Lassus avait redécouvert à la Bibliothèque Impériale et fait publier.
L'église est exceptionnellement orientée au nord, et non à l'est pour des problèmes de place au sein du tissu urbain. Le plan est basilical, le transept non saillant. La nef à 6 travées est flanquée de bas-côtés. Le chevet à déambulatoire est entouré de deux sacristies, de la tourelle de l'escalier du clocher et de 3 chapelles rayonnantes pentagonales. L'édifice, dont la base est en pierre de Volvic, , est construit en pierre de Gannat et les décorations sculptées en pierre d'Apremont. Pour ces décorations, Lassus s'est inspiré des carnets de croquis de Villard de Honnecourt qu'il avait découverts à la bibliothèque impériale et fait publier.

Le portail de la façade principale est divisé en deux parties. Les linteaux sont gravés d'inscriptions latines rappelant l'histoire de la construction. A l'intérieur, les chapiteaux sont sculptés par Martial Liandrat.

• ÉQUIPEMENTS & SERVICES

• Accessible aux personnes à mobilité réduite,
• Visites individuelles et groupes libres., groupes acceptés

 

■ Visite(s) conseillée(s) à ou près de la ville de Cusset


• La ville de Cusset --► 
• Le Musée de la Tour Prisonnière à Cusset --► 

           15.03.2017

 

___

Pour votre séjour dans le département de l'Allier, Auvergne Centre France vous guide dans le choix de votre hébergement...