Hébergements

 • Allier
 • Cantal
 • Haute-Loire
 • Puy-de-Dôme
 • Aires camping-cars

Tourisme

 • Curiosités
 • Espaces
 • Faune
 • Flore
 • Galerie photos
 • Maisons du Parc
 • Milieux naturels
 • Parcs Animaliers
 • Passion pêche
 • Patrimoine
 • Randos pédestres
 • Randos VTT
 • Route des lacs
 • Ski nordique
 • Sports & Loisirs
 • Sports aériens
 • Sports de rivière
 • Thermes
 • Tourisme de santé
 • Villes et villages
 • Villes d'eaux
 • Volcanisme

Patrimoine

 • Art Roman
 • Circuits découvertes
 • Contes et légendes
 • Dates - Personnalités
 • Édifices religieux
 • Musées
 • Route des châteaux
 • Route des moulins

Terroir

 • Produits locaux
 • Recettes
 • Route des métiers
 • Route du miel

Départements

 • Allier
 • Cantal
 • Haute-Loire
 • Puy-de-Dôme
Dossiers
 • Éditoriaux
 • Les dossiers
 • Les Saint Patrons

Organismes

 • Offices de tourisme

Réseaux sociaux Google plusFacebookFacebook

 

LES RECLUS
Traditions, légendes, contes mystérieux d'Auvergne

___

Découvrez l'Auvergne mystérieuse à travers des récits et des légendes
que l'on raconte encore dans les chaumières.

■ Les Reclus (régime cellulaire à vie)

Au Moyen Âge, jusqu'à la fin du XVème siècle, il y eut un peu partout en Auvergne, et plus précisément en Haute-Auvergne, des reclus et des recluses. C'étaient des hommes et des femmes généralement d'âge mûr et de toutes conditions qui choisissaient, de sang-froid, le régime cellulaire à vie.

Ils n'avaient pour toute obligation que celle de la prière, car beaucoup d'entre eux, très certainement, ne savaient ni lire ni écrire. Dès qu'ils étaient entrés dans la récluserie (une toute petite pièce de quelques mètres carrés située généralement en dehors de la ville), on en murait la porte.
Le seul contact avec le monde extérieur se faisait par une petite fenêtre grillagée, s'ouvrant le plus souvent sur une chapelle. C'est par cette fenêtre qu'on leur faisait passer la nourriture et les vêtements.

On compta jusqu'à trois récluseries à Aurillac, deux à Clermont-Ferrand et à Brioude, une à Pont-du-Château, à Aigueperse, à Murat, à Mauriac, à Saint-Flour et à Ardes où l'on voit encore la "Chapelle de la Recluse". Beaucoup d'autres, certainement, n'ont pas été dénombrées.

On peut supposer qu'il y avait encore, au siècle dernier, des reclus et des recluses. Voici ce que raconte Pierre Besson (1) :
"A l'orée du village, on fait une halte pendant que Jeanpetit court "sonner" la Moûne, une vieille recluse à qui chaque maison et à tour de rôle, porte une écuellée de soupe et qui a "bonne main". On lui passe le rameau de buis, l'eau bénite. Du seuil de sa hutte, elle étend sa main sur le bétail, murmure quelques vagues paroles, et l'on s'engage dans les sentiers qui montent. Après le dîner, on m'envoyait porter la soupe à la Moûne. Je trouvais la vieille recluse dans sa misérable cabane crépie de bouse de vache en guise de mortier, assise sur un billot de hêtre qui lui servait de chaise, égrenant son chapelet, la tête branlante sur son cou grêle, la goutte au nez, la face gravée de rides profondes où s'était amassée la poussière. Elle la posait sur son giron, l'entourait de ses mains noueuses et goulûment, bruyamment, avalait la pitance en léchant et reléchant le fond, les bords et la cuiller. Je repartais chaque fois le cœur serré par sa pitoyable infortune, effrayé aussi par le mystère qui l'entourait
(2)."

En général, les reclus étaient l'objet d'une grande vénération, et on considérait que leur prière attirait la protection du ciel sur la ville...

 

 

1 -  Un pâtre du Cantal (Éditions De Lagrave (1936)
2 -  Henry Doniol, Voyage pittoresque dans la Basse-Auvergne (1847)

Pour votre séjour en France et partout dans le monde, Auvergne Centre France vous guide dans le choix de votre hébergement...