Hébergements

 • Allier
 • Cantal
 • Haute-Loire
 • Puy-de-Dôme
 • Aires camping-cars

Tourisme

 • Curiosités
 • Espaces
 • Faune
 • Flore
 • Galerie photos
 • Maisons du Parc
 • Milieux naturels
 • Parcs Animaliers
 • Passion pêche
 • Patrimoine
 • Randos pédestres
 • Randos VTT
 • Route des lacs
 • Ski nordique
 • Sports & Loisirs
 • Sports aériens
 • Sports de rivière
 • Thermes
 • Tourisme de santé
 • Villes et villages
 • Villes d'eaux
 • Volcanisme

Patrimoine

 • Art Roman
 • Circuits découvertes
 • Contes et légendes
 • Dates - Personnalités
 • Édifices religieux
 • Musées
 • Route des châteaux
 • Route des moulins

Terroir

 • Produits locaux
 • Recettes
 • Route des métiers
 • Route du miel

Départements

 • Allier
 • Cantal
 • Haute-Loire
 • Puy-de-Dôme
Dossiers
 • Éditoriaux
 • Les dossiers
 • Les Saint Patrons

Organismes

 • Offices de tourisme

Réseaux sociaux Google plusFacebookFacebook

 

LA LÉGENDE DE SAINTE-PROCULE
Traditions, légendes, contes mystérieux d'Auvergne

___

Découvrez l'Auvergne mystérieuse à travers des récits et des légendes
que l'on raconte encore dans les chaumières.

Zoom au survol de l'image

 

La légende de Sainte-Procule (Gannat ~ Allier)

Elle était fille du comte de Rodez et s'était vouée à Dieu. Son père ayant voulu la marier à un Géraud d'Aurillac - peut-être un neveu du grand saint -, elle s'enfuit furtivement, marcha longtemps, arriva aux collines de Gannat, alors couvertes de grands bois, et s'y réfugia. Mais Géraud partit à sa recherche, découvrit sa retraite et, devant son refus obstiné de l'épouser, lui trancha la tête d'un coup d'épée.

La tradition rapporte que ce martyre eut lieu au Maturet, près du faubourg de Saint-Étienne qui passe pour avoir été à l'origine de la cité de Gannat, (voir la curieuse et complexe église Saint-Étienne, XIème siècle). Mais l'histoire de la sainte ne s'arrête pas avec sa décollation.

La légende ajoute que Procule se releva, prit sa tête entre ses mains et la porta, après cinq stations, sur les marches de l'autel de l'église Sainte-Croix. Quelques années plus tard, les habitants de Gannat, qui avaient choisi Sainte  Procule pour patronne, firent élever, à chacun des cinq endroits où la vierge avait fait ses stations, une chapelle dans laquelle était représentée la posture qu'elle devait avoir eue en s'y reposant. Le temps les a fait disparaître*1.

Plus tard, une autre chapelle lui fut construite près du couvent des pères Augustins de Gannat; elle fut détruite en 1793. On restaura alors, en l'honneur de la patronne de Gannat, une ancienne chapelle oubliée par les révolutionnaires, à une petite distance de la ville, dans un site pittoresque appelé "le pas de Sainte Procule" parce qu'on croit voir l'empreinte de ses pas sur les rochers d'alentour.

Cette chapelle est adossée à une colline couverte de gazon, sur les flancs de laquelle sont entassés des rocs granitiques. C'est dans cet endroit que, le lundi et mardi de Pâques, les habitants se rendent en foule, selon l'antique coutume. Chaque jeune fille achète en sortant le ruban de la Vierge qu'elle ajoute à sa parure.
Vers la même époque, ainsi qu'à celle où l'hiver les rappelle dans leur pays, les pieux montagnards de la Marche et de la Haute-Auvergne, qui vont exercer leur industrie dans d'autres provinces de France, s'arrêtent à la chapelle de Sainte Procule. Là, ils se découvrent, s'agenouillent et prient. Avant de se remettre en route beaucoup d'entre eux détachent, pour les conserver, de légères parcelles de la porte de la chapelle. Ces reliques les protègent dans leurs lointains voyages et favorisent leurs laborieuses entreprises...

L'Histoire

Décapitation de Sainte-Procule, Patronne de la ville de Gannat

A sainte Procule, patronne de la ville de Gannat (Allier), se rattache une légende comme la tradition populaire les a souvent aimées : la jeune fille, en proie aux inlassables assauts d’un seigneur du Rouergue exigeant le sacrifice de sa virginité, préfère la mort et se fait décapiter... avant de se relever et de susciter une incrédulité mêlée de stupeur.
Au milieu de la ville est la grande place qui porte un nom déjà cité : place Hennequin, Joseph Hennequin, avocat, trésorier de France à Riom, qui devint plus tard député sous la Restauration. L’église est là, avec son haut clocher carré et ses chapelles adjacentes, et sa badegorge, gargouille de pierre grimaçante, qui rejette dans la rue, de la hauteur des frises, toutes les eaux de pluie qui tombent sur les toits. Derrière le maître autel, on remarque la chapelle de sainte Procule, patronne du pays.

Comme sur le nom de Gannat, on n’est pas d’accord sur la vie de la sainte, sur son pays et sa famille. Au XIXème siècle, le docteur Vannaire essaya de l’alléger de ses traditions invraisemblables. Il pensa que Procule était la fille d’un prêtre païen, devenue chrétienne aux premiers temps de la prédication des apôtres dans les Gaules. Sollicitée d’abjurer, elle préféra le martyre au reniement de sa foi nouvelle. Histoire simple, la vraie peut-être.
Seulement, on n’y trouve aucun de ces faits mystérieux et inexplicables qui forment l’attrait des légendes. Le peuple s’en tint à celle que lui avaient transmise ses ancêtres. Elle touchait davantage son imagination et son cœur. Procule, dit-on, était une belle paysanne, poursuivie par un seigneur puissant du Rouergue. L’homme du château féodal exigeait le sacrifice de sa virginité. Procule, très pure, voulant fuir l’obsession inlassable de son persécuteur, une sorte de Barbe-Bleue, brutal et méchant, quitta le pays, allant toujours devant soi, afin de se cacher en un lieu ignoré et désert. Le hasard la poussa vers Gannat, au milieu des collines rocheuses, près d’un ruisseau, où, avec des branchages, elle se construisit un abri. Elle y vivait en recluse, priant Dieu, se nourrissant de racines et de fruits sauvages. Et elle se réjouissait, en son cœur simple, d’avoir obéi à l’inspiration divine qui l’avait incitée à l’exil pour éviter l’opprobre.

Mais, un jour, le méchant seigneur, que dominait la passion, s’étant mis à sa recherche, découvrit sa retraite, et comme elle lui résistait encore, il l’assassina en lui tranchant la tête de son cimeterre. Alors, l’intervention divine se manifesta visiblement : le corps de Procule se releva, ses mains s’emparèrent de sa tête détachée du tronc, et ce corps décapité marcha, à l’épouvante de son bourreau qui s’enfuit du pays. Procule s’en allait à l’église de la ville. Elle obéissait à Dieu qui voulait montrer par ce miracle la récompense destinée à la vertu. Les bouchers de Gannat étaient sur leur porte, quand elle passa devant eux ; et croyant à une farce de sorcier, à quelque sortilège, ils lui montrèrent la langue pour se moquer. Le miracle divin agissant toujours, les bouchers furent punis et ne purent rentrer la langue dans leur bouche. A ce signe, le peuple convaincu se prosterna sous les pas de la martyre et l’accompagna en foule à l’église, où elle déposa la tête décollée.

On éleva une chapelle sur le rocher de la colline où la jeune fille avait vécu, et chaque année, après une neuvaine célébrée en cet ermitage, la ville honore l’anniversaire de la sainte par une procession solennelle à travers les rues pavoisées de banderoles et d’étendards. Aux greniers des maisons, les pétards éclatent, des coups de carabine sont tirés au passage de la statue, portée sur les épaules des jeunes filles en confrérie, vêtues de blanc et ceinturées de rubans rouges. Les mères, tenant en leurs bras les enfants malades, suivent la procession entre les jeunes filles, afin d’obtenir la guérison de leurs petits infirmes, tandis que la foule, accourue de tous les environs, suit avec respect la procession triomphale, croyant en sainte Procule si elle ne croit plus en Dieu. Il existait à Gannat, à la fin du XIXème siècle, une vieille bouchère exploitant son commerce dans une maison qui datait de plusieurs siècles, basse, les fenêtres étroites et couverte d’un toit à pignon, comme au Moyen Age. La maison était située dans le quartier des bouchers d’autrefois ; et la vieille bouchère, que l’on appelait la mère La Flamme, grande femme mince, aux traits allongés, se disait la descendante des victimes de leur irrévérence, narquois incrédules qui s’étaient moqués de la jeune martyre. Aussi, quelle religion pour la sainte ! Avec quelle componction et quel amour elle en parlait ! Rien ne lui coûtait pour honorer cette mémoire. Devant sa maison, tous les ans, le plus beau reposoir de la procession était construit de ses mains, tout en frisures de corne, qu’elle amoncelait jour par jour.

Un matin, on la vint avertir qu’une trombe d’eau de la veille avait fait déborder le ruisseau qui coule aux bords du sanctuaire de l’ermitage. Les murs étaient renversés, le toit effondré, tous les objets du culte entraînés dans les eaux bourbeuses, et peut-être la statue elle-même de la sainte. Elle y courut, éperdue, attristée, résolue à sauver sa patronne au péril de sa vie.
Quelle surprise l’attendait ! Si tout était dévasté, la statue de la sainte se dressait intacte au milieu des ruines. Les eaux l’avaient respectée. Comment ne pas croire ensuite à la persistance du miracle et à l’efficacité de la sainteté. Sa renommée est au loin répandue. Au début du XXème siècle, les maçons du Limousin qui viennent à Paris se détournent de leur chemin et se rendent au pied de la chapelle afin d’y réciter une prière. Puis, avant de s’éloigner, ils enlèvent, de leur couteau, un morceau de la porte, qu’ils considèrent comme porte-bonheur. La porte fut, un jour, si bien déchiquetée qu’il fallut, pour la protéger, la barder de fer. Au total, la légende du docteur Vannaire, d’un érudit et d’un homme sensé, est beaucoup trop rationnelle et trop nue pour entraîner l’élan et la foi naïve de la foule. Qu’elle est plus touchante celle de la jeune paysanne qui préféra la mort au sacrifice de sa vertu ! Et c’est encore celle-ci que l’on répète et que l’on révère.

1 - Vicomte de Resie, Histoire de l'Église d'Auvergne, Clermont-Ferrand, 1855.

 

Destination Allier...


• Voir la ville de Gannat --►

           11.05.2017

Pour votre séjour dans la région, Auvergne Centre France vous guide dans le choix de votre hébergement...